3 mois de prison avec sursis requis contre le CRS toulousain ayant lancé un pavé sur les Gilets jaunes

Le policier toulousain comparaît ce jeudi à Paris pour "violences volontaires".  Il est jugé pour avoir lancé un pavé en direction de Gilets jaunes, le 1er mai 2019 à Paris. Le parquet estime que le jet de pavé "n'était ni nécessaire ni strictement proportionné".
 

Un CRS lançant un pavé en direction des Gilets jaunes, lors d'une manifestation le 1er mai  en face de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, dans le XIIIe arrondissement de Paris. L'image était tellement improbable que beaucoup ont cru à une infox. Ce geste vaut aujourd'hui à ce brigadier, membre de la CRS 27 basée à Toulouse, de comparaître devant la justice pour "violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique n'ayant pas entraîné d'incapacité". 

En milieu d'après-midi, le parquet a requis 3 mois de prison avec sursis à son encontre "ce jet de pavé du CRS n'était ni nécessaire ni strictement proportionné a déclaré le procureure de la République. Il est important de rappeler, d'éclairer la "limite entre les violences légitimes et illégitimes" qui peuvent être commises par les forces de l'ordre."
 A l'ouverture du procès, Yves Lefebvre, secrétaire général Unité SGP Police estimait que "ce procès n'a pas lieu d'être et qu'il faut laisser travailler l'IGPN. Il n'y a pas de eu victimes."

Aucune partie civile n'a d'ailleurs été constituée, a confirmé l'avocat du policier, Me Laurent Boguet. Pour le syndicaliste, ce 1er mai a "connu une véritable "phase de guérilla". A ce moment là, le CRS n'a plus de munitions. Il n'a plus que son arme léthale. Il a réagi dans un "réflexe d'autodéfense"." Pour lui, ce procès est un "mauvais geste envoyé aux forces de l'ordre aujourd'hui".
 
L'avocat du CRS, Laurent Boguet, a rappelé que le policier a exprimé des "regrets" à propos de son geste tout au long de la procédure. 

A la barre, le policier, petites lunettes,  jean bleu foncé et chemise bleu claire, a expliqué avoir jeté le pavé par "réflexe" afin d'organiser un "repli stratégique" pour protéger ses collègues et lui-même lors d'une manifestation qu'il qualifie de la "plus violente de sa carrière".

L'avocat toulousain maître Boguet récuse tout dérapage dans cette affaire. Il a plaidé la relaxe :

Ce jet de pavé, il est minable. Il atterrit juste derrière la barrière. 

Le délibéré sera rendu le 19 décembre prochain. Le président parle d'une "décision difficile" : "Notre décision est d'ores et déjà critiquée alors qu'elle n'est pas rendue" a-t-il déclaré à l'issue de l'audience.
Au total, 372 procédures ont été enregistrées en France après des plaintes contre des forces de l'ordre, selon un décompte du ministère de la Justice transmis. 

Parmi elles, 109 ont été classées sans suite et 29 ont fait l'objet de l'ouverture d'une information judiciaire. Les autres procédures sont encore en cours de traitement, précise la Chancellerie. 

Selon le décompte du journaliste indépendant David Dufresne établi avant la journée d'action de samedi dernier, 24 personnes ont été éborgnées depuis le début du mouvement.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité