Découvrez la dernière interview de Thomas Pesquet accordée au CNES sur sa prochaine mission aux commandes de SpaceX

Le 22 avril, Thomas Pesquet repart pour une nouvelle expédition spatiale. Il sera le premier astronaute européen à prendre les commandes de la Capsule affrétée par la NASA. Destination : la station spatiale internationale (ISS). Il se confie dans le dernier magazine du CNES.

Dans son interview au CNES, Thomas Pesquet affirme qu'il est impatient de décoller de Cap Canaveral le 22 avril.
Dans son interview au CNES, Thomas Pesquet affirme qu'il est impatient de décoller de Cap Canaveral le 22 avril. © MaxPPP/Aurélien Morissard

Thomas Pesquet repart le 22 avril dans l'espace. Dans le dernier numéro de son magazine, le CNES (Centre national d'Etudes spatiales) dont une antenne est basée à Toulouse, indique : "il devrait être le premier astronaute européen à prendre les commandes de la capsule Crew Dragon de SpaceX, affrêtée pour le compte de la NASA dans la légendaire base de Cap Canaveral".

Dixième astronaute français, Thomas Pesquet est impatient de ce nouveau départ dans le cadre de la mission de longue durée Alpha. Il s'est confié au CNES Mag dans une interview passionnante : "L'ISS est une étape incontournable sur la route de l'exploration spatiale", affirme-t-il.

La finalité c'est d'aller sur Mars, pour apprendre comment la vie se crée et surtout comment elle disparaît.

Thomas Pesquet

 

Quand on lui demande s'il aimerait faire partie de la mission qui partira sur Mars, l'astronaute n'hésite pas un instant : "J'adorerais, ce sera l'aventure la plus dingue du XXIe siècle ! Si cela arrive dans vingt ans, je serai en fin de carrière mais expérimenté" avant de préciser qu'il lui faudrait quand même, au préalable, en discuter avec ses proches.

Pour Thomas Pesquet, Mars est l'objectif actuel "car on ne vole pas assez vite pour aller plus loin. Pour se donner un élément de comparaison, un avion de ligne monte à 10 km d'altitude ; l'ISS est à 400 km, la Lune à 400.000 km, et Mars entre 40 et 400 millions de km en fonction de son orbite".

CNESMAG 87 - VF

Objectif Lune

Il a "apprécié le design futuriste du "cockpit" et les fonctionnalités largement optimisées de son nouveau taxi spatial" mentionne le magazine qui précise que son objectif dans l'exploration qui débute le 22 avril, est toujours de faire de la recherche fondamentale dans "ce laboratoire unique au monde qu'est l'ISS".

L'équipage 65 devrait poursuivre les expériences en cours. Il mettra en oeuvre une centaine d'expérimentations supplémentaires avec pour objectif de préparer l'avenir de l'exploration spatiale humaine et notamment le retour sur la Lune qui constitue le challenge des 10 prochaines années. 

Mars en ligne de mire

Mars est évidemment en ligne de mire. "Nous pouvons raisonnablement espérer aller sur Mars d'ici 2 à 3 décennies, explique Jean-Yves Le Gall, président du CNES. Cela nécessitera une grande coopération internationale pour lever tous les obstacles encore à résoudre".

Le séjour sur la Lune avant 2030 devrait ainsi permettre "de parfaire notre connaissance encore bien sommaire de la Lune, de ses ressources, de la formation de la Terre, mais surtout d'apprendre à vivre en dehors de la protection du champ magnétique terrestre et avec plus d'autonomie"

Jeudi 18 mars, le CNES dévoilera les expériences que Thomas Pesquet conduira depuis l’ISS lors de cette prochaine mission.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie société astronomie culture sciences espace aéronautique