Dans les Hautes-Pyrénées les pharmaciens, autorisés à vacciner, n'ont toujours pas reçu de doses de l'AstraZeneca

Encore des retards de livraison de l'AstraZeneca. Depuis ce lundi 15 mars 2021, les pharmaciens sont autorisés à vacciner, encore faut-il qu'ils aient reçu des doses. Dans les Hautes-Pyrénées, à Tarbes, le vaccin contre la Covid-19 devrait arriver en fin de semaine (si tout va bien).

En France, à l'inverse d'autres pays de l'Union Européenne, l'Astrazeneca est toujours autorisé, mais les doses se font attendre.
En France, à l'inverse d'autres pays de l'Union Européenne, l'Astrazeneca est toujours autorisé, mais les doses se font attendre. © Remko de Waal / MAXPPP

Les polémiques autour des vaccins contre la Covid-19 n'en finissent plus. Il y a ceux qui sont contre le Pfizer parce qu'il utilise une technique peu connue, ceux qui sont contre l'Astrazeneca parce qu'il injecte une petite partie de l'ADN du coronavirus, ceux qui sont contre tout court, ceux qui pensent que la France est en retard ou encore ceux dont l'attente pour obtenir leur dose est interminable. Depuis ce lundi 15 mars, les pharmaciens sont autorisés à vacciner, pour soulager le travail des médecins généralistes et des infirmiers. Encore faudrait-il qu'ils aient des doses de ce fameux Astrazeneca. 

Des doses au compte-gouttes

Dans les Hautes-Pyrénées, à Tarbes, Robert Astuguevieille est co-président du syndicat des pharmaciens du département. Il explique avoir beaucoup de demandes, mais pas de doses. Son frigo est vide. L'Astrazeneca ne devrait arriver qu'en fin de semaine, et au compte-gouttes.  

La dotation pour démarrer ne sera que d'un ou deux flacons donc l'équivalent de 10 à 20 vaccinations par semaine. 

Robert Astuguevieille, co-président du syndicat des pharmaciens des Hautes-Pyrénées

De plus, il faudra prendre les rendez-vous sur la même journée car le vaccin ne se garde pas plus de 48 heures après ouverture.

Pour décharger les médecins et infirmiers, les pompiers sont également formés à la vaccination. Tout est prêt, il ne manque plus que le vaccin. Et AstraZeneca a d'ores et déjà annoncé de nouveaux retards de livraison à l'Union Européenne.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société covid-19 polémique