Disparition de Delphine Jubillar : la Cour de cassation confirme le maintien en détention de son mari Cédric

Publié le
Écrit par Julie Valin .

La Cour de cassation a annoncé ce vendredi le rejet d'un recours des avocats de Cédric Jubillar qui demandaient sa libération. L'homme est soupçonné du meurtre de sa femme Delphine et détenu depuis plus d'un an à la prison de Seysses près de Toulouse.

C'est sans surprise que la Cour de cassation a annoncé ce 30 septembre 2022 le rejet d'un recours des avocats de Cédric Jubillar. La défense du principal suspect dans le meurtre de sa femme et détenu depuis plus d'un an demandait sa libération sous bracelet électronique.

Le 4 juillet dernier, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Toulouse avait estimé que Cédric Jubillar, devait rester en prison, confirmant l'ordonnance du juge des libertés et de la détention (JLD), qui avait prolongé en juin de six mois sa détention provisoire.

"Après avoir examiné tant la recevabilité du recours que les pièces de procédure, la Cour de cassation constate qu'il n'existe, en l'espèce, aucun moyen de nature à permettre l'admission du pourvoi. En conséquence, la Cour déclare le pourvoi non admis", écrit-elle dans sa décision diffusée vendredi 30 septembre 2022.

De nombreuses demandes de libération



Cédric Jubillar, 35 ans, est détenu à l'isolement à la maison d'arrêt de Seysses, près de Toulouse, depuis juin 2021. Ses avocats ont multiplié en vain les recours devant la justice pour obtenir sa mise en liberté. Le dernier refus émis par le service pénitentiaire d’insertion et de probation date du 22 septembre 2022.

Le jour même, Cédric Jubillar était une nouvelle fois interrogé par les juges d'instruction. Un de ses avocats, Jean-Baptiste Alary, estime que le dossier d'accusation est "vide" et que la présomption d'innocence est bafouée.

Avec AFP.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité