Elisabeth Toutut-Picard, la députée de Haute-Garonne infectée par le coronavirus : “Je suis confinée chez moi”

Elisabeth Toutut-Picard, dans les couloirs de l'Assemblée Nationale. / © Christophe Morin/MaxPPP
Elisabeth Toutut-Picard, dans les couloirs de l'Assemblée Nationale. / © Christophe Morin/MaxPPP

Elisabeth Toutut-Picard, députée LREM de Haute-Garonne, détectée positive au coronavirus vendredi 6 mars 2020, est de retour chez elle, après 24 heures passées au CHU de Purpan, à Toulouse. Entretien.

Par Marie Martin

France 3 Occitanie - Quel est votre état de santé aujourd'hui ?

Elisabeth Toutut-Picard : "Je me sens comme quelqu'un de fatigué, en fait, comme quelqu'un qui a une bonne grippe, voilà, avec les hauts et les bas d'énergie que l'on peut avoir quand on est grippé. Il y a des moments où je me sens parfaitement bien et d'autres où je sens la température monter. Et puis, c'est une grande fatigue générale mais globalement, rien de catastrophique. Un peu de toux de bronchite mais rien de plus grave qu'une bronchite hivernale. Autrement, je dois faire attention à un éventuel retour des symptômes, comme des difficultés respiratoires". 

France 3 Occitanie - Qu'avez-vous ressenti comme symptômes justement, qui vous ont alertée ?

E. T-P. : "Les symptômes ont été assez rapides, presque brutaux, dans la nuit de jeudi à vendredi. Je me suis sentie prise de fièvre, avec des frissons, des accès de chaleur, et je me suis mise à tousser. J'ai fait ce qui est recommandé aux Français, j'ai appelé le 15, je ne suis pas allée chez le médecin pour ne pas contaminer la salle d'attente. J'ai décrit mes symptômes et j'ai été dirigée vers le service infectiologie du CHU de Toulouse. J'ai obtenu rapidement un rendez-vous. Dès que je suis entrée dans ce service, je me suis sentie rassurée. J'ai eu un examen de détection vendredi matin et les résultats le soir même. J'ai été hospitalisée dans la foulée et j'ai passé la nuit de vendredi à samedi à l'hôpital, dont je suis sortie samedi soir. En accord avec les médecins, j'ai choisi de rentrer chez moi pour libérer un lit dont on aurait pu avoir besoin pour un cas plus lourd. Et là, je suis confinée chez moi". 
France 3 Occitanie - Quelles sont précisément les préconisations des médecins ?

E. T-P. : "Je n'ai pas le droit d'être en contact avec l'extérieur. On m'a déconseillé, enfin interdit, d'avoir des contacts avec mes amis, et même mon mari".

France 3 Occitanie - Savez-vous quand et où vous avez contracté le virus ?

E. T-P. : "J'ai longuement répondu au très long questionnaire de Santé Publique France pour savoir ce qui s'était passé quinze jours avant, si j'avais pu être en contact avec quelqu'un de fatigué, malade, ou porteur sans le savoir mais je n'ai rien trouvé. Il y a de fortes probabilités que j'aie attrapé ça à Paris mais par qui ? Cela peut être n'importe qui, nous rencontrons beaucoup de monde. J'ai donné la liste de toutes les personnes avec lesquelles j'ai été en contact, même lointain. Santé Publique France est en train de faire le tour de toutes ces personnes, pour prendre des nouvelles de leur santé. Six personnes [5 députés et 1 agent] sont actuellement prises en charge en vue d'un dépistage au sein de l'Assemblée Nationale mais je ne sais pas si cela est lié à mon cas, car cela relève du secret médical".

 

Sur le même sujet

Les + Lus