• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Émeutes des lycéens toulousains : 3 jeunes devant le Tribunal

Des incidents ont eu lieu notamment sur les boulevards à Toulouse / © F.Valéry / France 3
Des incidents ont eu lieu notamment sur les boulevards à Toulouse / © F.Valéry / France 3

Une trentaine de jeunes ont été interpellés hier, mardi 4 décembre, au cours des manifestations musclées des lycéens à Toulouse. 3 d'entre eux sont déjà présentés à la justice ce mercredi. 

Par Cécile Frechinos

Claire, Illiès et Lucas...3 lycéens toulousains qui ne sont pas en cours ce mercredi mais au Tribunal de Grande Instance de Toulouse. 
Interpellés hier lors des violentes manifestations qui se sont produites dans le centre ville toulousain, ils ont été placés en garde à vue et sont donc présentés à la justice à peine 24 heures plus tard. 

Violence sur une personne dépositaire de l'autorité publique, participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences ou dégradations de biens. Voilà les faits qui leur sont reprochés. 
 

Qui sont ces jeunes qui ont semé la pagaille ? 


Nous avons pu nous entretenir avec l'avocat d'un de ces manifestants. Claire (son prénom a été modifié) a 20 ans, elle est étudiante en BTS design graphique au lycée des Arènes à Toulouse. Sans casier judiciaire, elle a été interpellée suite à un jet de pavé sur les forces de l'ordre, selon la police.

Mais la jeune fille n'a pas la même version des faits. Selon elle, c'est un caillou qu'elle a envoyé vers les CRS. "Je suis venue pour soutenir la cause des mes camarades lycéens, très vite nous nous sommes faits gazer. Du coup j'ai répliqué", relate l'étudiante. 

Claire a une scolarité exemplaire au lycée des Arènes. Un des ces professeurs a donc décidé de l'accompagner à l'audience ce mercredi pour lui afficher son soutien. 

Remise en liberté mais...

La jeune fille a finalement été remise en liberté à l'issue de l'audience, mais elle a été placée sous contrôle judiciaire. Elle devra donc se présenter 2 fois par semaine au commissariat en attendant d'être jugée le 18 janvier. 

 
 

Sur le même sujet

Perpignan : quand les Gilets Jaunes tissent du lien social

Les + Lus