Faut-il avoir peur de l’intelligence artificielle ? "IA double je", une exposition pour interroger l'impact de cette technologie sur l'homme et la société

Faut-il avoir peur de l’intelligence artificielle ? C’est la question que pose la nouvelle exposition immersive "IA double Je", qui démarre ce vendredi 2 février au Quai des savoirs à Toulouse (Haute-Garonne). En immersion, une manière d’interroger l’impact de cette innovation sur l’homme et sur la société.

Des voitures autonomes, des systèmes de traduction et de correction automatique, des robots physiques ou virtuels pour nous assister…L’intelligence artificielle fait partie des nouvelles innovations scientifiques et technologiques qui nous promettent un avenir plus sûr, plus facile, plus harmonieux. Mais face aux machines et à ces cerveaux "presque"infaillibles, que devient la place de l’homme ? Qu’allons-nous perdre ou gagner ? Comment vivre et évoluer avec cette technologie ?

L’exposition fait plonger le visiteur dans l’univers énigmatique de l’Intelligence artificielle en interrogeant notre rapport aux machines et aux algorithmes qui les animent. De manière immersive et au travers d’installations d’artistes, le visiteur est amené à ne pas croire tout ce qu’il voit.

"L’idée ici, c’est de faire la part des choses", explique le directeur du Quai des Savoirs, Laurent Chicouneau. "Ce qui sort d’une machine n’est pas forcément vrai, juste, ou si l’on peut évidemment faire confiance aux machines. C’est toute la différence entre le "complètement vrai" et "pas complètement" que nous avons voulu mettre en scène".

Chaque jour une nouvelle innovation voient le jour provoquant débats et controverses, et des sentiments de peurs ou d’enthousiasmes. C’est le cas avec l’arrivée de ChatGPT.

"C’est troublant", confie le directeur du Quai des Savoirs, "ChatGPT sort souvent des phrases parfaites. Ce qu’il ne faut pas oublier c’est que c’est une machine. Elle ne comprend rien à ce qu’elle dit par rapport aux humains. Les machines n’ont aucune empathie pour les humains, il ne faut pas l’oublier".

Une technologie utile à la recherche

Le projet 42 élaboré avec des sociologues et des psychologues permet au visiteur de s’interroger sur quelle place accorder à la machine.

"Cette expérience sociologique permet de mesurer le haut niveau d’acceptabilité de la technologie en lien avec nos critères de développement durable, une cible majeure pour le futur, vivre dans un environnement sain et durable", explique Nicolas Schneider Expert en Intelligence artificielle centre de recherches d’Airbus.

L’exposition IA : Double Je, démarre ce vendredi 2 février au Quai des Savoirs à Toulouse.

"En immersion, on y joue à se laisser conduire par un véhicule autonome, on y construit un outil d’aide au diagnostic du cancer du sein, on y découvre comment l’IA permet d’anticiper les effets du changement climatique, on y analyse l’impact de l’IA sur son métier…On y prend aussi le temps de rêver devant une danse étrange entre un humain et un robot".

 IA : Double Je est issue d’un projet collectif, associant de nombreux partenaires, tant sur les plans scientifique, technologique, industriel que culturel, éducatif et artistique. Elle est conçue par le Quai des Savoirs et coproduite avec Universicence Paris. 
(Avec Sandra Wachlewicz)