Fête des mères, guerre en Ukraine : 2 raisons de participer à cette intrigante chasse au trésor dans Toulouse

Publié le
Écrit par Ophélie Le Piver avec Raphaëlle Talbot

Une fleuriste organise, du lundi 23 au dimanche 29 mai, une chasse au trésor dans les rues de Toulouse. Elle espère ainsi sensibiliser sur la guerre en Ukraine.

Seuls les plus attentifs ou les plus chanceux parviendront à mettre la main sur l’une de ces boîtes rouges. Elles sont 150 cachées à travers la ville par une jeune fleuriste toulousaine. Un message est inscrit dessus : In case of love, break the glass. En cas de coup de foudre, brisez la vitre.

A l’intérieur de la boite, un petit bouquet de fleurs. “La fleur blanche, c’est une rose, symbole de l’amour”, décrit Emma Iankushenko, la fleuriste à l’origine de la chasse au trésor. “Autour de cette rose, on a mis des fleurs jaunes, couleur de l’Ukraine. Nous les avons emballées dans une boîte rouge pour représenter un extincteur afin de sensibiliser sur l’urgence de la situation.” 

Une opération en faveur d’Unicef Ukraine

Emma est fleuriste à Toulouse mais aussi ukrainienne. Avec sa mère, elles tiennent ensemble Monsieur Flower, dans le centre-ville de Toulouse. Cette opération n’est pas un coup de pub pour leur magasin, mais un cri d’alarme sur la situation vécue par leur peuple. Dans chaque coffret, elles y ont glissé un QR code pour raconter leur histoire. “Toute ma famille habite à Kiev”, précise la jeune fleuriste. “Nous avons fait plusieurs dons, envoyé le nécessaire mais ce n’était pas suffisant donc on a organisé cette chasse au trésor pour pouvoir envoyer encore plus sur place.”

Le QR code renverra également vers leur boutique et leur opération pour la fête des mères. Cette semaine, pour chaque bouquet acheté dans la boutique, 5 euros sont reversés à l’association Unicef Ukraine. “Ça nous permet d’être un petit peu dans l’action, de faire quelque chose à notre petit niveau”, confie Natalia Shevchenko, la mère d’Emma et la co-gérante de la boutique. “C’est une bonne initiative”, salue un client. “Aujourd’hui c’est rare de voir des gens participer à tous ces problèmes dans le monde.”

Les volontaires ont jusqu’à ce dimanche 29 mai pour venir en magasin et soutenir cette cause chère aux deux Ukrainiennes.