Football : Frédéric Thiriez, candidat à la présidence de la FFF, en visite à Toulouse avec Basile Boli

La Fédération Française de Football élira son président, en mars prochain. Frédéric Thiriez, ex-patron de la LFP, est un des candidats déclarés. Accompagné de Basile Boli, qui figure sur sa liste, il a fait étape à Toulouse pour dévoiler son programme, tourné notamment vers le monde amateur.

Frédéric Thiriez, candidat à la présidence de la F.F.F, au Stadium de Toulouse
Frédéric Thiriez, candidat à la présidence de la F.F.F, au Stadium de Toulouse © Benoît Roux/FTV

Frédéric Thiriez, ancien président de la Ligue de Football Professionnel, est un des candidats aux élections à la tête de la puissante Fédération Française de Football, qui auront lieu le 13 mars prochain. L'ancien avocat, âgé de 68 ans, était en visite à Toulouse, ce mercredi 20 janvier, aux côtés de l'ex-footballeur Basile Boli, venu soutenir sa candidature.

Un plan de relance de 40 millions d'euros pour le foot amateur

Frédéric Thiriez s'est donc lancé dans une campagne d'accession à la présidence de la FFF,  avec dans sa besace le projet d'un plan de relance de 40 millions d'euros consacré au monde amateur, via un PGE (Prêt Garanti par l'Etat) pour venir en aide aux petits clubs de football, taclés durement par la crise sanitaire.

Une aide décentralisée pour toutes les régions de France

Pour le candidat, les clubs sont aux abois à cause de l'arrêt des compétitions amateurs (sauf pour la Coupe de France) : perte des recettes générées par les buvettes et les billetteries, disparition des sponsors, crise du bénévolat...

"Avec ce plan de relance, la fédération donnera une enveloppe à chacune des 13 ligues régionales, en France Métropolitaine et en Outre-Mer,  à charge pour ces ligues, en accord avec les présidents de districts, de répartir cette aide aux clubs qui en ont le plus besoin", explique l'ancien président de la LFP.

Cet argent servirait à payer les éducateurs, les arbitres, à payer les droits des compétitions lorsqu'elles pourront reprendre, et à combler les trous de trésorerie.

Frédéric Thiriez, candidat à la présidence de la FFF

Pas de regret pour le club de Luzenac, privé de montée en Ligue 2 en 2014

Frédéric Thiriez, à la tête de la Ligue Professionnel de Football en 2014, lors du rejet de l'accession du club ariégeois de Luzenac en Ligue 2, assume la décision prise à l'époque, au nom de l'équité sportive. "Luzenac n'avait pas de stade conforme aux normes du foot professionnel", soutient-il. Il évoque au passage la création possible, dans son programme, d'une nouvelle division de football, intermédiaire entre le monde amateur et professionnel, un "sas" qui permettrait aux clubs moins structurés de mieux se préparer lorsqu'il gravissent les échelons vers l'élite.

Basile Boli, soutien de la liste "Thiriez"

Lors de sa venue à Toulouse, Frédéric Thiriez était accompagné par Basile Boli, un de ses soutiens déclarés. L'ancien joueur professionnel, passé par Auxerre et Marseille (45 sélections en équipe de France) entend défendre, lui aussi, la voix du foot amateur.

Basile Boli, soutien de Frédéric Thiriez, au Stadium de Toulouse.
Basile Boli, soutien de Frédéric Thiriez, au Stadium de Toulouse. © B.Roux/FTV

"Ce foot amateur, même avant la crise du Covid, n'était pas écouté. Il faut lui redonner la parole." a déclaré l'ancien défenseur. "On a besoin par exemple de ce plan soutenu par Frédéric Thiriez pour la création de 1000 terrains synthétiques à travers toute la France, avec l'appui des pouvoirs publics. Il faut aussi attirer des nouveaux pratiquants, avec 1,8 millions de licenciés en France (166 000 en Occitanie, dont 40 000 en Haute-Garonne, ndlr), on est à la traîne par rapport à certains pays comme l'Espagne, l'Angleterre ou l'Allemagne et ses plus de 7 millions de licenciés." La liste soutenue par Basile Boli veut atteindre les 4 millions d'adhérents dans les 10 années à venir. Elle compte notamment s'appuyer sur le développement des pratiques éloignées du foot à 11, le futsal et le foot à 5 notamment.

Un programme de lutte contre le racisme

Buteur et vainqueur lors de la finale de la Coupe d'Europe en 1993 avec l'Olympique de Marseille, Basile Boli entend mener avec la liste de Frédéric Thiriez des actions envers les éducateurs pour lutter contre un racisme qui n'épargne, selon lui, ni le monde professionnel, ni celui des amateurs. "Quand j'étais joueur, notamment avec Auxerre, j'ai été visé par des actes racistes, je recevais régulièrement des peaux de bananes sur les terrains", raconte l'ex-défenseur. "Guy Roux m'a fait comprendre que je devais en faire une  force, que ces spectateurs là devaient me siffler et me lancer des bananes parce que j'avais peut-être un truc en plus, que eux n'avaient pas...Il faut lutter contre ce fléau, ça fait aussi partie de notre programme."

Fabien Barthez, soutien d'un autre candidat à la présidence

Face à Frédéric Thiriez, deux autres listes s'avancent. Celle portée par l'actuel président de la FFF, Noël Le Graët, 79 ans, qui devrait annoncer officiellement demain sa candidature pour sa réélection. Et celle de Michel Moulin, homme d'affaires et ex-conseiller de divers clubs professionnels. Il comptera parmi ses soutiens l'ancien gardien de but de l'équipe de France Fabien Barthez. Dans une récente interview au Journal du Dimanche, l'Ariégeois, actuellement consultant pour l'entraînement des gardiens du Toulouse Football Club, a annoncé qu'il appuyerait cette liste, avec une nouvelle casquette, celle  de "gardien" de l'éducation.

Il s'agit d'apporter du positif à nos enfants, d'encadrer tous ceux qui sont sur les terrains le mercredi après-midi... Michel (Moulin) veut que je sois le gardien de l’éducation

Fabien Barthez, ancien gardien de l'équipe de France de football

 

Les élections à la présidence de la Fédération Française de football auront lieu le 13 mars prochain. Les participants au vote forment un collège de grands électeurs, représentants du monde amateur (présidents de ligue, de districts, représentants de clubs...) et du monde professionnel (présidents de clubs de Ligue 1 et 2).

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football sport élections