• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Les frères Clain, originaires de Toulouse, voulaient envoyer des ados kamikazes en France

Fabien Clain / © France 3
Fabien Clain / © France 3

D'après Le Monde, le jihadiste toulousain Jonathan Geffroy, interpellé et remis à la France, a révélé devant les juges le projet des frères Fabien et Jean-Michel Clain : des enfants kamikazes qui se seraient faits exploser en France. 

Par Fabrice Valery

Interpellé par des rebelles syriens en février 2017, puis remis à la France en septembre, le jihadiste toulousain Jonathan Geffroy est passé à table. D'après le journal Le Monde, qui a eu connaissance de ses interrogatoires devant le juge d'instruction, Jonathan Geffroy a notamment fait part d'un projet de Daesh, d'envoyer en France des "adolescents-soldats", des kamikazes qui auraient perpétré des attentats sur le sol français.

Selon ses affirmations, ce sont les frères Jean-Michel et Fabien Clain, originaires de Toulouse, qui auraient eu ce funeste projet. Jonathan Geffroy, 35 ans, aurait tenu ses informations du propre fils de Jean-Michel Clain, un adolescent qui aurait pu lui-même être "recruté" par son propre père.

Selon Le Monde, le projet consistait à recruter des enfants français de jihadistes ayant grandi en Syrie, d'attendre qu'ils grandissent pour ne pas être reconnu par les services de renseignement et de les envoyer en France commettre des attentats. 

"Je sais que les futures opérations extérieures seront commises par des enfants qui auront grandi sur zone et qui, passée l’adolescence, seront envoyés en Occident, en Europe et en France, pour y mener des opérations suicide", a dit Jonathan Geffroy au juge d'instruction selon Le Monde.

Les frères Clain, issus de la mouvance jihadiste de Toulouse, proches des frères Merah et de la cellule salafiste d'Artigat en Ariège, avaient revendiqué les attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis via un message audio. 

Les révélations de Jonathan Geffroy sont antérieures à la chute de Daesh en Syrie. 

Sur le même sujet

Interview de Christophe Barret

Les + Lus