Guerre entre le Hamas et Israël : des élus communistes demandent que les manifestations pour la paix au Proche-Orient soient autorisées

Les élus CRC (Communiste, Républicain et Citoyen) de la Région Occitanie demandent que les manifestations pour la paix au Proche-Orient cessent d'être interdites en Occitanie et partout en France. Pour eux, "c’est aux préfectures et aux organisateurs d’assurer les conditions nécessaires au bon déroulement" de celles-ci.

Dans un communiqué en date du dimanche 15 octobre 2023, Pierre Lacaze, le p

résident du groupe Communiste, Républicain & Citoyen de la Région Occitanie demande, au nom du groupe, que l'interdiction systématique des rassemblements pour soutenir la paix au Proche-Orient soit levée. 
"Les élu-e-s Communiste, Républicain et Citoyen de la Région Occitanie appellent la France à reconnaître immédiatement un Etat Palestinien sur les frontières de 1967 et agir pour le respect des résolutions de l'ONU", écrit-il. 

Assurant qu'ils seront présents à toutes les initiatives pour la paix "aux côtés de toutes celles et de tous ceux qui souhaitent exprimer sans ambiguïté la nécessité d’un cessez-le-feu et d’une sortie diplomatique du conflit".

Nous exigeons que les rassemblements en faveur de la paix au Moyen-Orient puissent se tenir partout en France et en Occitanie. C’est aux préfectures et aux organisateurs d’assurer les conditions nécessaires au bon déroulement de ceux-ci.

Le groupe CRC rappelle le bilan de la riposte d'Israël aux massacres terroristes perpétrés par le Hamas il y a huit jours : plus de 2 200 morts dont 724 enfants et près de 400 000 déplacés.

Les bombardements qui frappent indifféremment les cibles combattantes et civiles, donnant lieu à des centaines de morts d'innocent-e-s, enfants inclus, sont de véritables crimes de guerre. Le blocus total de Gaza qui privent les habitant-e-s d’eau, d’électricité, de carburants, de médicaments et de nourriture, est contraire au droit international et frappe les populations civiles.

Les frappes israéliennes dans la bande de Gaza ont tué 2 670 personnes, a indiqué dimanche 15 octobre le ministère palestinien de la Santé du Hamas dans un bilan actualisé, alors que l'armée israélienne pilonne le territoire palestinien contrôlé par le mouvement islamiste.
D'après cette source, 9 600 personnes ont également été blessées dans les raids menés en représailles à l'attaque sans précédent du Hamas contre Israël le 7 octobre.

L'armée israélienne, qui a massé ses troupes le long de sa frontière avec la bande de Gaza, a confirmé qu'elle se préparait à une "prochaine étape" de son opération de représailles, se disant dans l'attente d'une "décision politique".