Insolite : devenez "goûteur d'eau" pour améliorer sa qualité

Quel goût a votre eau du robinet ? C'est la question que pose Eau de Toulouse métropole à ses usagers, via son application mobile. L'objectif : définir un panel d'habitant "gouteurs d'eau" pour améliorer la qualité de l'or bleu qui sort de nos robinets.

Pour tenter d'en améliorer la qualité, Eau de Toulouse Métropole lance un appel aux volontaires. En ligne, via le site internet ou l'application du service, les usagers peuvent s'enregistrer pour devenir des "goûteurs". Une soixantaine de bénévoles seront ainsi recrutés pour ces tests grandeur nature sur l'ensemble de Toulouse Métropole, c'est à dire 37 communes. 

Une même source avec plusieurs usines d'alimentation

ls sont plus de 750.000 à la consommer chaque jour. Une eau avec la même source (la Garonne) qui provient de 3 usines différentes : Pech david (Toulouse), Clairfont (Portet-sur-Garonne) et Marquisat (Tournefeuille).

"Eau de Toulouse Métropole" est une marque. C'est le groupe Veolia qui est chargé de l'eau potable pour les Toulousains et Suez qui a la délégation pour la partie assainissement. Il y a donc 3 sites qui traitent l'eau de la Garonne et la distribuent sur les 37 communes.

Sachant qu'il y a aussi des achats pour certaines de ces communes comme celles de Cugnaux et Villeneuve Tolosane alimentées par l'usine de Roques-sur-Garonne ou encore le Syndicat Montagne Noire qui fournit l'Est de la Métropole ou celui de Saint-Caprais (Grenade) pour la partie Nord-Ouest.

C'est donc l'eau dans sa globalité géographique qui sera testée. "Notre objectif c'est d'avoir au moins un volontaire dans chacune des 37 communes. C'est une démarche d'amélioration de la qualité de l'eau pour satisfaire tout le monde," indique Claire Bonnemayre, responsable technique du projet Goûteurs Eau de Toulouse Métropole.

Ce n'est pas une première. Le groupe Veolia avait fait la même opération en 2017 et 2018 mais seulement sur l'agglomération toulousaine. 

50 à 60 goûteurs d'eau formés dès septembre 2023

L'histoire n'est pas à prendre à la légère. Comme pour le vin, ces dégustateurs vont apprendre à développer leur nez et leur palais. Une nouvelle fonctionnalité sur l'application et sur le site internet dédié permet désormais aux consommateurs d'accéder à des analyses, conseils et différents articles. Ils peuvent remplir un formulaire qui leur demande aussi s'ils souhaitent ou non participer à ces tests. 

Les volontaires seront formés dès le mois de septembre. "Nous allons nous faire aider par Veolia au plan national. Ensuite nous allons apprendre à chacun à goûter mais aussi à sentir l'eau. Il y a une diversité des eaux et un large panel, comme pour le vin. L'eau d'Evian va servir de référence pour former les palais à goûter l'eau. La formation se fera en présentiel sur 2 ou 3h, dans nos locaux toulousains dès le mois de septembre."

Claire Bonnemayre précise que ces dégustateurs bénévoles auront accès à une autre appli spéciale pour saisir leurs résultats. Ils feront ce travail pendant un an sur différentes périodes, sur des fréquences préétablies, depuis leur domicile. 

Comprendre le goût de l'eau

Lorsqu'on parle d'eau au grand public, le citoyen fait toujours référence au chlore ou à la javel. "Il faut démystifier le sujet, assure la responsable de ce projet chez Veolia. Quand ils sentent le chlore, les gens pensent : "il y a danger pour ma santé". C'est tout le contraire. Le chlore n'est pas dangereux mais il assure que l'eau est saine. Si on veut faire partir ce goût, il suffit de carafer l'eau en la laissant 1h au frigo."

L'eau de la Garonne arrive dans les 3 usines d'eau potable de Toulouse Métropole. Le chlore permet de désinfecter l'eau, de la rendre saine. Paradoxalement, plus le chlore reste dans l'eau, plus son effet bactéricide diminue. "C'est pour ça que nous avons plusieurs points de chloration dans nos circuits. Il y a un équilibre à trouver sans avoir des taux de chlore monstrueux et inefficaces."

Tout le travail de ces "goûteurs de gouttes" sera donc de rechercher les différences dans les odeurs et les goûts de l'eau. Les services de Veolia tenteront ensuite de comprendre l'incidence des conditions météorologiques (la pluie modifie-t-elle le goût?), des canalisations, des km parcourus, etc...

Début des tests en janvier 2024. En attendant, si vous souhaitez devenir oenologue version H2o, vous pouvez d'ores et déjà remplir le formulaire via l'application mobile, ou le site internet.