J-1 avant la réouverture des commerces "non essentiels" à Toulouse

Cela faisait des semaines qu'ils réclamaient cette réouverture. Les commercants sont maintenant dans les starting-blocks en attendant le retour des clients ce samedi. Ils espèrent beaucoup de cette dernière ligne droite avant Noel pour sauver ce qui peut encore l'être.
Les nouveaux marquages de distanciations dans ce magasin toulousain.
Les nouveaux marquages de distanciations dans ce magasin toulousain. © S. Duchampt
Le rideau métallique grince fort en laissant apparaitre la vitrine de ce magasin de vêtements. Il faut dire que cela fait bientôt 4 semaines qu'il est resté fermé.
A l'intérieur de la boutique, on s'affaire pour réorganiser l'espace de vente en accord avec les dernières consignes sanitaires.

Il nous faut faire respecter les distances entre chaque client. On doit aussi marquer au sol chaque espace d'essayage. Le client, une fois installé ne bougera plus et demandera au vendeur les produits qu'il souhaite voir.

Une vendeuse d'un magasin de chaussures à Toulouse

Un stress supplémentaire pour des commerçants déjà durement éprouvés par la peur de voir s'évaporer leur chiffre d'affaires de fin d'année, traditionnellement la période la plus faste en terme d'achat.

L'organisation la plus restrictive concerne le nombre de clients en fonction de la surface de vente, car au-delà du chiffre lui même, elle impose un comptage et un filtrage à l'entrée.
 

A moins de 24 heures de l'ouverture, on est loin d'être encore prêt. Il va falloir encore modifier l’agencement du magasin, pour que les clients qui rentrent et ceux qui sortent ne se croisent pas.

Une propriétaire d'un magasin de vêtements à Toulouse


Du stress donc, mais aussi de l'espoir, celui de voir les clients revenir.
Les commerces de proximité "non essentiels" sont avec les bars et les restaurants, les plus touchés par la crise économique liée à la pandémie.

Des magasins qui avaient déjà subi les samedis de manifestations des gilets jaunes pendant plus d'un an. Fragilisés, l'épidémie est venue leur assener un coup supplémentaire, un coup fatal pour certains d'entre eux.

85 % des dirigeants de commerces toulousains avaient déjà exprimé leur inquiétudes après le 1er confinement. Cette 2ème lame n'a pas arrangé leurs affaires, loin de là.
 

Même si nous avons plutôt bien travaillé avec le click and collect, nous sommes loin d'un chiffre d'affaire habituel sur la même période.

Gérant d'un magasin de vêtement à Toulouse



Conscient du problème, le préfet de la région Occitanie a encouragé les clients à se diriger en priorité vers les commerces de proximité  lors de sa conférence de presse de ce vendredi.
 

Ce que je demande, c’est d’avoir le réflexe de privilégier dans ses courses les commerces de proximité. D’une part, ça évite trop de déplacement et ça soutiendra ensuite l’ensemble des commerces que l’on a près de chez soi et qui en ont besoin.

Étienne Guyot, Préfet de la région Occitanie



Le préfet a également insisté sur le fait que ses services allaient contrôler les grandes surfaces, elles aussi obligées de limiter le nombre de clients en fonction de leur surface de vente.
 

J’attire une attention particulière sur les grandes surfaces et toutes les surfaces commerciales supérieures à 400 m2. Obligation d’avoir un décompte à l’entrée du magasin pour que l’on soit sûr que la norme d’une personne par 8m2 soit bien respectée. (...) Ce sera contrôlé et contrôlé de près de façon à ce qu’on ne voit pas se précipiter dans les grandes surfaces un nombre de personnes sans aucun filtrage ni contrôle.

Etienne Guyot, Préfet de la région Occitanie


Le préfet a par ailleurs annoncé que l'arrêté autorisant les commerces à rester ouverts tous les dimanches du mois de décembre ne devrait pas tarder à être publié.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société crise économique économie