"J'ai mon permis, je ne suis responsable d'aucun accident" : la possible fin du permis de conduire à vie inquiète les plus âgés

Le permis de conduire à vie, c'est fini. Un projet de loi européen, qui prévoit une visite médicale renouvelable tous les 15 ans pour le conserver sera présenté au parlement cette semaine. Une pratique déjà en vigueur dans plusieurs pays européens. Mais qu'en pensent les automobilistes français ?

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Il faudra bientôt passer une visite médicale tous les 15 ans pour conserver son permis de conduire. C'est ce que prévoit un projet de loi européen. Le dispositif est déjà en place dans d'autres pays.

Pour ou contre le permis à vie ?

Serait-ce la fin du permis de conduire à vie ? Le Parlement européen étudiera ce mardi 27 février, le vote d’un examen médical obligatoire tous les 15 ans. Et c'est lui qui déterminerait si on a le droit ou non de continuer à conduire, quel que soit notre âge. Un projet qui divise les automobilistes.

"Il y a parfois des contraintes physiques qui empêchent d'avoir les bons réflexes au volant", reconnaît cet homme "Alors c'est vrai que d'un point de vue sécurité, c'est plutôt pas mal". "Moi je ne suis pas d'accord" renchérie une dame. "J'ai mon permis, je ne suis responsable d'aucun accident même si je suis passablement âgée. Je ne vois pas trop l'utilité sauf pour donner sans doute des sous à l'Etat".

Harmonisation européenne

La France est l'un des derniers pays européens à avoir conservé le permis à vie. Le Portugual, les Pays-Bas, l'Espagne ou encore la Grèce ont déjà adopté la mise en place de cette visite médicale.

"Comme c'est fait dans les autres pays européens, alors il faut s'harmoniser", reconnaît ce septuagénaire. "Mais bon quand on se sent en pleine forme on a du mal à accepter." L'objectif est pourtant ambitieux : réduire de moitié la mortalité sur les routes européennes d’ici 6 ans.

Plus de la moitié des morts sur les routes

"Moi, je connais pas mal de gens qui ne sont plus en état de conduire et qui continuent" témoigne cet automobiliste. "C'est difficile pour eux de s'arrêter car c'est une perte d'autonomie, mais c'est se mettre en danger soi-même et les autres". 

Et les chiffres parlent d'eux-mêmes en Occitanie. Selon la DREAL, les plus de 45 ans représentent 49% de la population mais 54% des tués sur les routes. De plus 70% des Français se sont déclarés favorables à une visite obligatoire pour les séniors.

Plusieurs associations d’automobilistes sont déjà montées au créneau contre le projet, qu'elles jugent inutile, coûteux et discriminatoire. Des pétitions sont déjà en ligne.