• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Jacques Toubon successeur de Dominique Baudis comme défenseur des droits ?

Jacques Toubon est pressenti pour succéder à Dominique Baudis comme défenseur des droits / © AFP
Jacques Toubon est pressenti pour succéder à Dominique Baudis comme défenseur des droits / © AFP

Le président François Hollande a proposé son nom pour succéder à Dominique Baudis comme défenseur des droits, après le décès de l'ancien maire de Toulouse en avril dernier.

Par Véronique Haudebourg

Le président de la République a fait une proposition pour remplacer le centriste et ancien maire de Toulouse Dominique Baudis, mort en avril des suites d'un cancer, comme Défenseur des droits. François Hollande "envisage de nommer" Jacques Toubon à ce poste, a annoncé l'Elysée.

Ancien ministre de la Culture sous Jacques Chirac et ancien député UMP de Paris, Jacques Toubon occupe actuellement la présidence du conseil d'orientation de la Cité nationale de l'histoire de l'immigration. 

Une possible nomination très loin de faire l'unanimité

La possible nomination de Jacques Toubon est loin de faire l'unanimité à gauche en raison des prises de position du chiraquien dans les années 80. Alors député, il avait en effet voté contre la suppression de la peine de mort et la dépénalisation  de l'homosexualité. Plusieurs membres du PS notamment se sont indignés de la nomination de ce chiraquien membre de la Haute autorité de l’UMP pour organiser la primaire à droite de 2016. "Un cauchemar", pour le député PS Yann Galut, cofondateur de la Gauche forte.

Autre dossier gênant dans le passé de Jacques Toubon, en 1996, alors que le procureur Laurent Davenas est en vacances dans l'Himalaya, son adjoint en profite pour lancer une information judiciaire visant Xavière Tibéri et son rapport sur la francophonie et l'affaire des emplois fictifs du conseil général de l'Essonne. Jacques Toubon et Marc Moinard alors directeur des affaires criminelles et des grâces affrètent un hélicoptère pour tenter de rapatrier le magistrat, mettant ainsi un sérieux doute sur l'indépendance de l'autorité judiciaire qu'ils sont censés représenter


Adeline Hazan, contrôleuse générale des prisons ?

Le chef de l'Etat a aussi proposé de nommer l'ancienne maire socialiste de Reims, Adeline Hazan, magistrate de formation, au poste de Contrôleuse générale des prisons. Ces deux propositions doivent désormais être validées par Claude Bartolone et Jean-Pierre Bel, les présidents socialistes de l'Assemblée et du Sénat.

Sur le même sujet

Lozère : 600 pilotes pour le Trèfle lozérien entre Causses, Gorges du Tarn et Aubrac

Les + Lus