Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole, mis en minorité sur le dossier de l'aire de grand passage

Ce mercredi, lors du conseil de communauté de Toulouse Métropole, la délibération présentée par Jean-Luc Moudenc prévoyant l’abandon du projet d’aire de grand passage de Montredon a été rejetée par une majorité des élus de la Métropole.

L’abandon de l’aire de grand passage de Montredon a été refusé par les élus de Toulouse Métropole.
Jean-Luc Moudenc avait inscrit à l'ordre du jour du deuxième Conseil de communauté de sa mandature le retrait du projet de l'aire de grand passage à Montredon sur la commune de Toulouse. Les élus communautaires, dont la plupart ont travaillé durant le précédent mandat dans le consensus pour faire aboutir ce projet, viennent de le mettre en minorité

Claude Raynal, Président du groupe Socialiste Toulouse Métropole indique que « par ce vote les élus de la Métropole marquent leur refus des volontés de passage en force du Maire de Toulouse et Président de Toulouse Métropole. Les élus communautaires n’acceptent pas cette politique d’abandon des projets sans propositions alternatives qui est à l’oeuvre depuis plusieurs semaines. »
Il s’agit d’un lourd avertissement adressé à Jean-Luc Moudenc quant à l’absolue nécessité de respecter l’ensemble des communes de la Métropole et d’oeuvrer à la recherche de l’intérêt général.
« Toulouse Métropole n’est pas le lieu d’enregistrement et de validation des promesses électorales du Maire de Toulouse. Jean-Luc Moudenc doit prendre la mesure de sa fonction et engager un véritable travail constructif au bénéfice de l’intérêt général et non se limiter à déclarer unilatéralement l’abandon de tel ou tel projet. » a déclaré Claude Raynal.

De son côté, Pierre Cohen élu communautaire et ancien maire de Toulouse a déclaré :
"Les élus communautaires, dont la plupart ont travaillé durant le précédent mandat dans le concensus pour faire aboutir ce projet, viennent de le mettre en minorité, refusant de casser ce qui a été élaboré dans le dialogue et la responsabilité sur le territoire métropolitain pour des promesses électoralistes à certains Toulousains. Les élus du Groupe socialiste de Toulouse se réjouissent de constater que le renoncement érigé en méthode de travail par le Maire de Toulouse ne trouvera pas d'écho favorable chez les maires de la Communaute Urbaine. Moins de deux mois après son élection, son image d'homme consensuel est d'ores et déjà brisée."