Deux jeunes en garde à vue pour le meurtre d'une adolescente à Beauzelle près de Toulouse

L'interpellation a eu lieu en fin de matinée à Beauzelle (31) / © Stépahne Compan/France3 Occitanie
L'interpellation a eu lieu en fin de matinée à Beauzelle (31) / © Stépahne Compan/France3 Occitanie

Deux jeunes âgés de 17 et 19 ans ont été interpellés ce vendredi matin à Beauzelle, en périphérie de Toulouse. Ils ont été placés en garde à vue après la découverte du corps d'une jeune fille de 14 ans dans l'appartement de l'un d'eux. Une autopsie devra déterminer si l'adolescente a été violée.

Par Juliette Meurin

Une jeune fille de 14 ans a été retrouvée nue et inconsciente dans la nuit du jeudi 19 au vendredi 20 avril dans un appartement à Beauzelle au nord ouest de Toulouse en Haute-Garonne. Deux jeunes hommes âgés de 17 et 19 ans ont été interpellés, ils sont soupçonnés de l'avoir violée et tuée. Placés en garde à vue, ils nient les faits et présentent des versions contradictoires. L'un d'eux a déjà été condamné pour des faits de violences sexuelles.


Devant la presse, ce vendredi 20 avril, le procureur de la République a expliqué que l'adolescente qui serait originaire du Tarn-et-Garonne avait été autorisée par son père et sa belle-mère à se rendre chez des amis à Beauzelle, à une dizaine de kilomètres au nord-ouest de Toulouse.
Quand ils sont venus la chercher dans la soirée, l'occupant de l'appartement leur a affirmé qu'Alicia était déjà partie.
Comme ce n'était pas dans l'habitude de la jeune fille, les parents ont alerté les gendarmes. En se rendant sur place, ces derniers ont été intrigués par l'attitude du locataire qui restait assis sur son canapé-lit. Invité à se lever, le jeune homme âgé de 19 ans a pris la fuite. Les gendarmes ont alors découvert l'adolescente inconsciente sous le lit avec un baillon dans la bouche et un câble électrique autour du cou.

Transportée à l'hôpital, elle est décédée une heure et demie plus tard. Une autopsie a permis de déterminer les causes de la mort. Alicia est morte en raison d'une asphyxie par strangulation ou par suffocation. Le procureur de la République a expliqué que des analyses supplémentaires permettront de déterminer si l'adolescente a été violée.
Voir le reportage de Stéphane Compan et Frédéric Dessse

L'enquête a été confiée à la section de recherche de la gendarmerie de Toulouse en Haute-Garonne. Les gardes à vues devraient être prolongées et une information judiciaire devrait être ouverte ce samedi 21 avril.

Sur le même sujet

Les + Lus