• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

L'année 2015 vue par... Joris, SDF

[Série de fin d'année 3/7] Toute cette semaine nous avons interrogé des Midi-Pyrénéens pour savoir ce qu'ils retenaient de l'année 2015. Aujourd'hui, Joris, SDF. 

Par Anissa Harraou

Joris vit à la rue depuis presque 10 ans.Il est souvent installé au milieu de la rue Pargaminières en plein centre de Toulouse, parfois accompagné d'autre compagnons d'infortune mais souvent seul. Enfin presque. Ses chiens sont ses compagnons les plus fidèles.  


Quand on lui demande s'il a retenu un événement particulier à Toulouse, il lève tête au ciel pour réfléchir : 

"Vous savez, je ne regarde pas les infos moi. Puis je ne retiendrais que ce qui m'intéresse. Je peux juste vous dire que je sais qu'il y a eu des attentats à Paris. Je l'ai appris 2 jours après parce que je vous avoue que je n'ai pas de télé, je ne pourrais pas la trimbaler...

J'ai remarqué qu'il n'y avait pas grand monde dans les rues pendant le week-end du drame mais je n'ai pas fait le rapprochement sur le moment... De toute façon, tout part à vau-l'eau. Ça se voit que les gens ont de plus en plus peur vu comment on nous regarde de travers dès que l'on s'approche... "


Quand on lui demande s'il entendu parler du banc "anti-SDF" de la rue Ozenne : 

"Ah bon comment c'est possible un banc-anti SDF ? De toute façon moi, je préfère m'asseoir par-terre."


Quand on lui demande s'il est courant que les Restos du Coeur ont commencé leur campagne d'hiver ? 

"Moi je ne vais jamais aux Restos du coeur, car il faut toujours tout justifier... Dire si on gagne de l'argent ou non et il faut apporter les preuves. Moi je n'ai pas de preuve. Je préfère compter sur la générosité des gens directement dans la rue, plutôt que de passer par un intermédiaire. Je veux dire, ça se voit que je ne gagne pas d'argent... tant que j'ai assez d'argent pour nourrir mon chien et m'acheter des cigarettes, je suis le plus heureux. 


Quand on lui demande s'il a entendu parlé des élections régionales : 


"Non pas du tout. De toutes façons, ça concerne jamais les sans abris. Je ne pense pas être citoyen."

Sur le même sujet

reportage observatrice ligue droit de l'homme arrêtée montpellier

Les + Lus