L’ours retrouvé mort à Melles en Haute-Garonne a été tué par un autre animal

Un ours a été retrouvé mort ce samedi 18 juin dans un canyon situé sur la commune de Melles en Haute-Garonne. Une enquête a été ouverte par le parquet pour "destruction sur espèce protégée". L’autopsie pratiquée ce mardi 21 juin sur l’animal, "exclue toute intervention humaine", l'ours a été tué par un autre animal.

Samedi 18 juin, des espagnols qui faisaient du canyoning sur la commune de Melles ont donné l’alerte en découvrant l’animal. Une enquête a été ouverte par le parquet de Saint-Gaudens du chef de "destruction non autorisée d'espèce protégée".

L’unité de montagne de gendarmerie nationale s’est déplacée pour constater le décès en présence de l'Office français pour la biodiversité de la Haute-Garonne. L’ours a alors été transporté par hélicoptère à l’école vétérinaire de Toulouse.

L’autopsie pratiquée sur l’animal ce mardi 21 juin, exclut clairement, selon le procureur de la république de Saint-Gaudens, Christophe Amunzateguy, " toute intervention humaine". Cet ours âgé d’un an et demi est certainement mort " à la suite d'un affrontement avec un autre ours ou un autre animal".

Lors de cette autopsie, les vétérinaires ont révélé la présence de morsures au niveau de son cou ainsi que des traces de coups de griffes. L’animal avait plusieurs côtes cassées dont une qui a certainement provoqué la perforation du cœur.

Afin de restaurer la population ursine,  le 19 mai 1996 a eu lieu dans les Pyrénées centrales le premier lâcher d'une ourse slovène "Ziva". Quand "Ziva" a débarqué de sa forêt natale à Melles, il ne restait plus que 5 ours dans les montagnes pyrénéennes

L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité