• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

L'ultra russe Alexander Chpriguine arrêté à Toulouse : la rocambolesque histoire de son retour en France

Alexandre Chpryguine à Moscou après sa première expulsion de France / © AFP
Alexandre Chpryguine à Moscou après sa première expulsion de France / © AFP

Arrêté lundi soir au Stadium, renvoyé vers Paris avant son expulsion ce soir vers Moscou, le leader des ultranationalistes russes bénéficiait d'un statut de VIP auprès de l'UEFA et a pu regagner la France via Barcelone avec un visa toujours valide malgré une première explusion deux jours plus tôt.

Par Fabrice Valéry et Pascal Lagorce

Mais comment Alexander Chpriguine, le leader des ultranationalistes russes, suspecté d'avoir organisé les bagarres à Marseille et expulsé de France le 18 juin, a-t-il pu revenir et s'installer lundi soir dans les tribunes du Stadium de Toulouse pour vouloir suivre le match Russie-Pays de Galles avant d'être finalement interpellé par la police ? A-t-il voyagé au nez et à la barbe des services français ? Pas si sûr.

Un VIP pour l'UEFA

D'après nos informations, Alexander Chpriguine était suivi par les services de renseignement français qui savaient, comme il l'avait dit lui-même, qu'il allait revenir en France, précisément pour le match à Toulouse. Ce que les services français ne savaient pas, c'est la manière avec laquelle il allait s'y prendre. La décision a donc été prise de l'attendre au Stadium. D'autant qu'il bénéficiait... d'un statut de VIP auprès de l'UEFA ! De quoi passer un bon match, bien installé. Mais aussi d'être encore plus facilement cueilli par les policiers. 

Son visa n'était pas encore révoqué

Alexander Chpriguine a pris un vol pour Barcelone d'où il a rejoint Toulouse en voiture. Là encore, il aurait pu être stoppé à son passage en douane à Barcelone, à l'entrée de l'espace Schengen. Mais on a appris ce mardi, que son visa n'avait pas encore été révoqué. Il n'y avait donc pas de raison que les policiers barcelonais l'interceptent : il était en règle. Alexander Chpriguine a été expulsé de France le 18 juin, c'est à dire samedi dernier. Il est revenu lundi. Son visa aurait dû être révoqué... si tout cela ne s'était pas passé pendant le week-end !
 

Un supporter encombrant​ mais pas que

Alexander Chpriguine n'est pas un simple supporter russe. Il est aussi le collaborateur parlementaire du député d'extrême-droite Igor Lebedev, Cet homme robuste a déjà été photographié en compagnie du président russe Vladimir Poutine. Dans d'autres clichés pris par le passé, on le voit faire un salut nazi en compagnie d'un musicien d'un groupe de rock d'extrême droite russe.
 

Dans la délégation russe en France et à Toulouse avant l'Euro

Il faisait également partie, selon nos informations, de la délégation russe qui s'est rendue en France et notamment à Toulouse avant l'Euro 2016 pour préparer la venue des supporters russes. Les pouvoirs publics ne l'ont alors pas immédiatement identifié parmi les membres de la délégation. Depuis, son visage et son nom ne sont plus inconnus !
Bonne nouvelle : la Russie étant éliminée de l'Euro 2016, Alexander Chpriguine devrait rester à la maison après son expulsion de France prévue mardi dans la soirée. 

Sur le même sujet

tout l'euro avec francetv sport

La Bulle, douche nomade à Montpellier

Les + Lus