• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

La pelouse du Stadium de Toulouse, la plus belle de l'Euro 2016 ?

On s'y roule par plaisir, sur la pelouse du Stadium / © AFP
On s'y roule par plaisir, sur la pelouse du Stadium / © AFP

Souvent décrié, maladif il y a encore quelques semaines, le gazon du Stadium de Toulouse est maintenant salué par les joueurs et les journalistes. Ça change des pelouses de Marseille ou encore Lille. Et ça mérite d'être dit !

Par Fabrice Valery

On en a tellement dit et tellement écrit sur la pelouse du Stadium de Toulouse ces dernières années, sur ses multiples changements, sur son état parfois désastreux, qu'il faut aujourd'hui avoir l'honnêteté de dire que depuis le début de l'Euro 2016 de football en France, la pelouse du Stadium fait figure de championne. L'une des plus belles, sinon la plus belle de la compétition.

Quand on a vu l'état des pelouses de Nice, Lille, Marseille et même du Stade de France, beaucoup de questions se sont posées. C'est, dans les cas de Nice et Lille, l'UEFA qui a demandé en mai le changement des pelouses. Conséquences : les gazons ne sont pas dans un état digne d'une compétition internationale. A Marseille, la pelouse a été endommagée par le concert d'AC/DC le 13 mai. 

A Toulouse rien de tout cela : la pelouse du Stadium a alimenté la chronique pendant des années et, concernant sa version Euro 2016, pendant des mois. Totalement changée l'été dernier, avec l'installation d'un substrat hybride, elle avait montré des signes de faiblesses à la sortie de l'hiver. La mairie de Toulouse avait alors affirmé que le gazon allait prendre sans cure de luminothérapie, comme le recommandait l'installateur. La ville a ensuite fait marche arrière et a investi dans la location de lampes chauffantes.

Bien lui en a pris. Aujourd'hui, la pelouse du Stadium, qui vient d'accueillir trois matchs de l'Euro et sera dimanche 26 juin le théâtre d'un huitième de finale est à la hauteur de l'événement ! Ça méritait d'être dit !

Sur le même sujet

La Grande-Motte : les maîtres-nageurs-sauveteurs CRS vivent-ils leur dernier été sur la plage ?

Les + Lus