La production de l'avion A220 freinée par des négociations entre Airbus Canada et les syndicats

Dimanche 7 avril 2024, pour la deuxième fois, les personnels syndiqués d'Airbus Canada ont rejeté l'offre patronale pour le renouvellement de leur convention collective, qui est arrivée à échéance en décembre dernier. Les discussions ralentissent la production des Airbus A220 assemblés sur le site de Mirabel au Québec.

La tension entre direction et syndicats est croissante au sein d'Airbus Canada en ce début du mois d'avril 2024. Comme le rapporte la presse locale canadienne, les salariés syndiqués du construction viennent de rejeter pour la deuxième fois l'offre de renouvellement de leur convention collective, arrivée à son terme en décembre 2023.

99,9 % contre la nouvelle offre patronale

"Les travailleurs de Mirabel, représentés par la section locale 712 de l’Association internationale des machinistes et des travailleurs de l’aérospatiale (AIMTA), se sont réunis dimanche à Laval, et ont voté à 99,9 % contre la nouvelle offre patronale, suivant la recommandation de leur comité de négociation. Parmi les 1300 travailleurs représentés par cette section, 79 % se sont exprimés lors du vote, soit plus de 1000 syndiqués" rapporte le journal Le Devoir.

"Ce qui reste comme sujets, c’est le rattrapage salarial dû aux dernières années avec [l’inflation] et la flambée des prix. Il y a aussi l’indexation du régime de retraite au coût de la vie, il y a les horaires de travail, les assurances collectives, les sécurités d’emploi, l’impartition et la durée du contrat aussi est un enjeu" explique au quotidien, Éric Rancourt, représentant québécois de l’Association internationale des machinistes et des travailleurs de l’aérospatiale (AIMTA).

Airbus Canada a réagi au vote en se disant "déterminé à continuer le dialogue qui s’est amorcé".

"Nous avons soumis une nouvelle offre bonifiée le 29 mars au Syndicat. Le dialogue à la table est ouvert et constructif, mais il subsiste un écart entre les demandes du Syndicat et la capacité financière actuelle de l’A220 qui n’a pas encore atteint son seuil de rentabilité. Nous prenons acte des résultats du vote et restons engagés à concilier les intérêts de nos employés avec les impératifs économiques de l’A220", a affirmé au Devoir Annabelle Duchesne, cheffe des communications chez Airbus Canada.

Objectif de 14 avions livrés par mois

Le site de Mirabel au Québec est chargé de l'assemblage de l'Airbus A220. Comme le souligne le site spécialisé Air Journal, le mouvement social a semble-t-il ralenti la production de l’A220. Entre janvier et février, 8 appareils ont été livrés. L'objectif d'Airbus est d'atteindre 14 avions par mois en 2026, répartis entre son usine canadienne et celle de Mobile aux Etats-Unis. 

"Les gens qui travaillent sur le A220, au fil des 20 dernières années, ils ont fait beaucoup de sacrifices pour garantir le succès du programme. Maintenant, ce qu’ils veulent, c’est un retour sur leur investissement par un rattrapage de leurs conditions de travail" assure Eric Rancourt qui laisse planer la possibilité du déclenchement d'une prochaine grève.