Législatives 2024. "C'est un front populaire contre le fascisme"; des milliers de personnes défilent pour dire non au rassemblement national

Ce samedi 15 juin 2024, à Toulouse, comme dans toute la France, cinq syndicats ont appelé à une grande manifestation contre l'extrême droite. L'objectif est de mobiliser l’électorat deux semaines avant le premier tour des élections législatives, qui se tiendra le 30 juin 2024. À Toulouse, 15.000 à 50.000 personnes ont défilé.

Ce samedi 15 juin, Les opposants à l'extrême droite sont descendus dans la rue un peu partout en France contre l'extrême droite. À Toulouse, ils étaient nombreux à dénoncer la montée en puissance du RN. 

Unis contre l'extrême droite

"R Haine", peut-on lire sur certaines pancartes brandies par les manifestants, Des slogans anti extrême droite côtoient des drapeaux palestiniens et des banderoles syndicales. Le cortège s'est élancé vers 14H30 au pied des allées Jean-Jaurès. 

En tête du cortège, les députés investis par le Nouveau front Populaire et les représentants des 5 syndicats, qui ont lancé l'appel à manifester : "Aujourd'hui c'est un front populaire contre le fascisme", témoigne  Cédric Caubère, secrétaire général de l'UD CGT 31. "On fait la démonstration, que les syndicats, les partis politiques sont unis. Il y a quelque chose qui ne s'était jamais produit depuis des années". 

La jeunesse mobilisée

Dans le cortège, 15.000 personnes selon la police, 50.000 selon les syndicats. Les manifestants reprennent les slogans de leurs aînés ; "La jeunesse emmerde le Front National". Beaucoup de jeunes se sont mobilisés pour cette journée si particulière. 

"On est la preuve que la jeunesse est dans la rue, bien présente", confie cet étudiant. "Moi je suis très inquiet. Et voir mon pays tomber aux mains de l'extrême droite, c'est un désastre. Je suis très triste et très inquiet pour mon pays". 

Manifestation sous haute surveillance

Gérald Darmanin avait annoncé la mobilisation de 21 000 policiers et gendarmes dans toute la France pour assurer la sécurité de ce samedi de mobilisation  A Toulouse, le déploiement de CRS n'est pas passé inaperçu. Une importante présence policière a encadré le cortège. 

Et contrairement aux précédents rassemblements non autorisés dans la semaine, la manifestation s'est déroulée dans le calme et sans heurts. En fin d'après-midi, seules 3 personnes avaient été interpellées, selon les forces de l'ordre. 

D'autres rassemblements se sont déroulés dans la région : 650 personnes ont manifesté à Auch, 1000 à 1500 à Tarbes, 7 à 800 dans les rues de Rodez, ou encore 1500 à Albi. 

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité