Législatives 2024. Les infos du jour : tweet raciste d'une candidate RN, Dominique Faure privée de débat

Il ne reste que 10 jours avant le premier tour des élections législatives anticipées. Tous les partis politiques sont en ordre de bataille pour tenter de décrocher un maximum de siège de députés. Mais cette campagne express a aussi ses inconvénients. Impossible débat pour la ministre Dominique Faure et absence de professions de foi pour Lutte Ouvrière.

Plus que 10 jours avant le premier tour des élections législatives anticipées après la dissolution de l'Assemblée par le président de la République. Voici les informations à retenir pour ce jeudi 20 juin.

"Non toutes les civilisations ne se valent pas"

Marie-Christine Sorin, candidate du Rassemblement National (RN) dans la 1ère circonscription des Hautes-Pyrénées, fait l'objet d'une vive polémique après la révélation par Libération de propos choquants tenus sur les réseaux sociaux, notamment un tweet dans lequel elle affirme que "Non toutes les civilisations ne se valent pas", certaines "sont juste restées au-dessous de la bestialité dans la chaîne de l’évolution"

Bien que la candidate de 75 ans ait depuis supprimé ces publications, affirmant dénoncer l'islamisme radical et non faire preuve de racisme, le RN pourrait être amené à lui retirer son soutien face à l'ampleur de la polémique suscitée par ces déclarations qualifiées d'"hallucinantes".

Pas de débat pour Dominique Faure

‌Dominique Faure, la ministre déléguée en charge des collectivités territoriales aurait bien voulu débattre sur France 3 Occitanie ce mercredi 19 juin, avec son principal adversaire, le socialiste Jacques Oberti, investi par le Nouveau Front Populaire, dans la 10ème circonscription de la Haute-Garonne.

Mais l'actuel président du Sicoval a refusé. Dans un tweet publié sur X, Dominique Faure regrette que "le parti socialiste, autrefois un allié fidèle, refuse le débat républicain depuis qu’il s'est engagé dans cette NUPES 2.0, alliance démagogique, dépourvue de tout projet concret". Pas sûr que ses propos fassent changer d'avis Jacques Oberti.

"Un virage trop à droite"

Simon Worou, le maire, de Sainte-Juliette-sur-Viaur en Aveyron qui était en 2022 le suppléant du député sortant Renaissance de la 3e circonscription, Jean-François Rousset, n’a pas souhaité repartir en campagne pour ces élections législatives : "Je n’ai rien contre Jean-François Rousset mais la politique d’Emmanuel Macron a pris un virage à droite qui n’est plus en adéquation avec mes valeurs", déplore Simon Worou, qui évoque notamment une loi immigration "trop stigmatisante".

Le maire de Saint-Juliette-sur-Viaur, qui milite pour une société humaniste et bienveillante, se dit plus proche des idées avancées par le mouvement Territoire de progrès, lancé en janvier 2020 par les ministres Jean-Yves Le Drian et Olivier Dussopt et considéré comme le centre gauche, du parti présidentiel. "J’appellerai à voter pour Jean-François Rousset car je pense sincèrement qu’il représentera la 3e circonscription avec efficacité", tient à préciser Simon Worou.

Lutte ouvrière sans profession de foi

Dans les Hautes-Pyrénées, les professions de foi des candidats Lutte Ouvrière ne seront pas jointes aux enveloppes de propagande électorale, envoyées aux électeurs. Bien qu'imprimées, elles n'ont pas pu être livrées dans les délais très courts imposés par le gouvernement.

Maria Saez, candidate dans la 1ère circonscription et François Meunier, candidat dans la 2ème circonscription appellent les électrices et les électeurs à se procurer leur profession de foi sur le site de lutte Ouvrière. Les bulletins de votes, eux, seront bien présents dans tous les bureaux dès le 30 juin prochain.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité