• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Les incroyables similitudes entre l'explosion de Tianjin et AZF à Toulouse

Une vue de Tianjin dévastée / © AFP
Une vue de Tianjin dévastée / © AFP

L'explosion survenue le 12 août dans un entrepôt de produits chimiques à Tianjin (Chine) a fait 114 morts. Les circonstances, les images, rappellent 14 ans plus tôt, celles d'AZF à Toulouse.

Par Fabrice Valery

114 morts, des milliers de blessés, une ville sinistrée. L'explosion du dépôt de produits chimiques de Tianjin en Chine le 12 août dernier n'est pas sans rappeler celle de l'usine AZF à Toulouse le 21 septembre 2001.

Sans volonté d'exhaustivité, nous avons rassemblé ici quelques éléments de similitudes entre les deux événements.

Une catastrophe industrielle

Le point commun entre les deux événements c'est le caractère catastrophique de l'explosion. Il ne s'agit pas seulement d'une explosion limitée à un secteur industriel mais d'une onde de grande portée qui touche toute une grande ville. Dans les deux cas, les images montrent des paysages de désolation
Tianjin, août 2015 / © AFP
Tianjin, août 2015 / © AFP
Toulouse, septembre 2001 / © AFP
Toulouse, septembre 2001 / © AFP

L'élément chimique

Autre point commun : la chimie. A Toulouse, l'explosion s'est produite dans une usine de production d'engrais chimique. A Tianjin, c'est un entrepôt de produits chimiques qui est en cause. Mais, de manière similaire, les causes de l'accident ne sont pas immédiatement claires. Une enquête a été ordonnée par les autorités chinoises. A Toulouse, malgré une enquête rapidement orientée vers la piste de l'accident industriel, de nombreuses autres thèses avaient été évoquées : attentat, arc électrique, etc. 

La présence d'Airbus

Elément de pur hasard, mais qui mérite d'être relevé : les deux villes, Toulouse et Tianjin, abritent des usines d'assemblage d'Airbus. A Tianjin, l'avionneur a indiqué que l'explosion n'avait pas affecté son outil de production des A320. 
Des salariés chinois sur la chaîne d'assemblage d'Airbus à Tianjin (archives) / © AFP
Des salariés chinois sur la chaîne d'assemblage d'Airbus à Tianjin (archives) / © AFP

Le cratère

A Tianjin comme à Toulouse, l'énorme explosion a provoqué un immense cratère :
Le cratère de l'explosion de Tianjin vu du ciel / © AFP
Le cratère de l'explosion de Tianjin vu du ciel / © AFP
14 ans après, celui d'AZF n'a toujours pas été rebouché : tous les recours judiciaires n'étant pas encore épuisés (un troisième procès doit se dérouler en 2016 à Paris), il fait toujours partie des pièces à convictions. 

La prise en main par les autorités

Il y a certes quelques similitudes dans ce domaine mais la comparaison n'est pas possible. A Toulouse, dès les premières heures, les premier ministre et président de la République de l'époque, Lionel Jospin et Jacques Chirac s'étaient rendus sur place. Mais c'est l'autorité judiciaire qui avait pris le dossier en main : le procureur avait très rapidement et étrangement déclaré qu'il s'agissait d'un accident "à 99 %". Ce "1 %" restant avait semé le trouble, 10 jours seulement après les attentats du 11 septembre aux Etats-Unis.
Jacques Chirac auprès des secours le 21 septembre 2001 à Toulouse / © MaxPPP
Jacques Chirac auprès des secours le 21 septembre 2001 à Toulouse / © MaxPPP
En Chine, les méthodes de l'Etat sont plus expéditives. Une enquête est en cours mais pendant ce temps-là, il est impossible d'évoquer la responsabilité des autorités ou les différentes thèses : Pékin a puni 50 sites web et 360 comptes sur les réseaux sociaux pour avoir "répandu des rumeurs". Mais parallèlement, les autorités sont critiquées sur internet pour ne pas avoir donné de détails sur l'explosion, et sur la nature des produits présents.

Sur le même sujet

Carcassonne : nouvelles analyses de dépistage d'arsenic sur des enfants vivant dans la Vallée de l'Orbiel

Les + Lus