Cet article date de plus de 6 ans

Métro, musées, dette zéro : ce qui reste de Dominique Baudis à Toulouse

Maire de la ville pendant 18 ans, Dominique Baudis, décédé ce 10 avril à l'âge de 66 ans, a marqué de son empreinte la ville de Toulouse. Qu'en reste-t-il aujourd'hui ?

Dominique Baudis avec Edouard Balladur, premier ministre, lors de l'inauguration de la ligne A du métro en juin 1993
Dominique Baudis avec Edouard Balladur, premier ministre, lors de l'inauguration de la ligne A du métro en juin 1993 © MaxPPP
On résume souvent l'empreinte laissé par celui qui fut maire de Toulouse de 1983 à 2001 au métro. C'est vrai que Dominique Baudis, décédé ce jeudi 10 avril à 66 ans des suites d'un cancer, a imposé au début des années 80 la ligne A puis lancé le projet de la ligne B. Mais il n'y a pas que cela dans le bilan du maire. 

EN VIDEO / les grands équipements de Toulouse sous Dominique Baudis
durée de la vidéo: 01 min 35
Lempreinte de Dominique Baudis à Toulouse
Il faut également parler de la Cité de l'Espace, qui certes n'a pas été un succès commercial et financier immédiat, mais qui aujourd'hui fonctionne bien. La transformation aussi des anciens abattoirs en musée d'art contemporain ou encore la médiathèque Marengo dont le geste architectural n'a pas fait l'unanimité. 

LIRE AUSSI NOTRE DOSSIER SPECIAL SUR LA DISPARITION DE DOMINIQUE BAUDIS


Parmi les autres équipements culturels construits sous ses mandatures, le Zénith qui fut longtemps le plus grand de France. 

Enfin reste un dogme, dont il fut d'ailleurs beaucoup question lors de la campagne des municipales 2014 : la dette zéro ! Pas de dette pour la mairie, une posture souvent critiquée par la gauche qui reprochait le manque d'investissements (notamment pour la rénovation des écoles) ou qui constatait que la dette avait été "transférée" vers Tisséo, le syndicat mixte des transports en commun. 

EN VIDEO / les réactions des Toulousains au décès de Dominique Baudis 
durée de la vidéo: 01 min 58
Réactions des Toulousains au décès de Dominique Baudis

Des livres de condoléances sont à la disposition des Toulousains au rez-de-chaussée du Capitole et les drapeaux de la mairie ont été mis en berne. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
décès politique