• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Le meurtrier présumé du supporteur du TFC Brice Taton devant la justice serbe

© MaxPPP
© MaxPPP

La justice serbe examine depuis ce lundi la responsabilité de Dejan Puzigaca dans la mort de Brice Taton. Ce dernier a été mortellement blessé en 2009 à Belgrade où il se trouvait pour assister à un match d'Europa league qui opposait son club, le TFC, au Partizan de Belgrade.

Par JM avec AFP

Le procès de Dejan Puzigaca, un Serbe condamné par contumace pour le meurtre à Belgrade d'un supporter français de football, Brice Taton, et qui avait été arrêté en septembre dernier en Grèce, s'est ouvert lundi devant un tribunal de la capitale serbe.
Dejan Puzigaca avait été rapatrié vers la Serbie en avril 2016, pour purger une peine de 14 ans. Mais ses avocats ont depuis demandé et obtenu qu'il soit rejugé.
Dejan Puzigaca, 36 ans, a reconnu devant ses juges avoir été présent sur les lieux de l'incident qui a coûté la vie au supporter français, mais nié avoir été mêlé de quelque manière que ce soit aux événements qui ont conduit au décès du jeune homme, selon la chaine de télévision privée N1.
Il avait été condamné en première instance, en janvier 2011, à 32 ans de prison avant que sa peine ne soit réduite, en 2012, à 14 ans de prison.
Il a été appréhendé à l'aéroport d'Athènes à l'arrivée d'un vol en provenance de Thaïlande, habillé en moine et muni d'un faux passeport.
Puzigaca était en fuite depuis l'agression de Brice Taton, 28 ans, le 17 septembre 2009.

Brice Taton, un supporter de Toulouse, était venu à Belgrade assister à un match d'Europa league qui opposait son club au Partizan de Belgrade lorsqu'il avait été agressé, quelques heures avant le début de la rencontre, par un groupe de supporters serbes dans le centre de la capitale.
Grièvement blessé à la tête et au thorax, Brice Taton était mort le 29 septembre dans un hôpital de Belgrade.


Sur le même sujet

Occitanie : l'eau de baignade en mer est de bonne qualité, dans les lacs et rivières il y a des points noirs

Les + Lus