• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Un mineur détenu depuis 5 jours dans la zone d'attente de l'aéroport de Toulouse-Blagnac

Un mineur pakistanais de 17 ans, en situation régulière en Italie, qui venait voir son cousin à Agen, est depuis 5 jours détenu, en contradiction avec les conventions internationales, dans la zone d'attente de l'aéroport de Toulouse-Blagnac, a-t-on appris auprès du Cercle des Voisins.

Par Vincent Albinet

Muhammad, un mineur pakistanais de 17 ans, vit en Italie, en situation régulière, avec ses parents, dans la ville de Naples.  

Mercredi, il atterrit à l'aéroport de Toulouse-Blagnac pour rendre visite à son cousin à Agen.

Mais il est arrêté par la police de l'air et des frontières, au motif qu'il n'a pas sur lui suffisamment d'argent.

Depuis, Muhammad, qui aurait en droit dû être pris en charge par l'Aide sociale à l'enfance, est retenu illégalement dans la zone d'attente de l'aéroport.

Le jeune homme a été déféré samedi devant le juge de la détention et des libertés, qui a prolongé sa rétention de 12 jours. Il devrait toutefois être remis dans un avion à destination de l'Italie ce dimanche. 

Présent à l'audience devant le juge de la détention et des libertés, le Cercle des Voisins décrit "un jeune complètement hagard, ne comprenant pas ce qu'il faisait là".

En urgence , l'association de défense des étrangers en rétention, a demandé la libération  de Muhammad au ministère de l'Intérieur et a signalé la situation au Défenseur des Droits. Avant de saisir la Cour Européenne des Droits de l'Homme.

Alors que la rétention de mineur non accompagné est interdite dans notre pays, les autorités passent en effet outre la réglementation internationale et font régulièrement condamner la France par la Cour Européenne des Droits de l'Homme.

La juridiction du Conseil de l'Europe estime notamment que les conditions de vie dans des lieux fermés sont sources « de stress et d'angoisse » et constituent un traitement inhumain et dégradant pour les mineurs.

Nous n'avons pas réussi à joindre la préfecture de la Haute-Garonne ce dimanche matin.

 

Sur le même sujet

Gard : un projet d'antenne relais sème le trouble dans le village de Durfort

Les + Lus