Mohamed Amri et Anne Diana Clain jugés pour avoir tenté de rejoindre la famille Clain au sein de l'Etat Islamique

La soeur aînée des frères Clain comparait devant le tribunal correctionnel de Paris aux cotés de son compagnon Mohamed Amri. Tous deux sont poursuivis pour avoir tenté de rejoindre en Syrie ceux que l'on appelait les voix de Daesh.
Mohamed Amri et Anne Diana Clain devant le tribunal correctionnel de Paris le 19 novembre 2019
Mohamed Amri et Anne Diana Clain devant le tribunal correctionnel de Paris le 19 novembre 2019 © Dessin Benoït Perucq/AFP
Anne Diana Clain et Mohamed Amri comparaissent mardi 19 et mercredi 20 novembre devant le tribunal correctionnel de Paris. Ils sont poursuivis pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme. Anne Diana Clain est la soeur aînée de Jean-Michel et Fabien Clain, les voix françaises qui ont revendiqué de nombreux attentats du groupe Etat Islamique en Europe. Ils ont été tués par des frappes aériennes de la coalition en mars 2019.
 

Qui est Mohamed Amri ?

On sait peu de choses de Mohamed Amri.
C’est un ressortissant tunisien. Aujourd’hui agé de 58 ans, il est né le 21 décembre 1960 à Sidi Bouzid en Tunisie. Son dernier domicile connu est à Ambax (en Haute-Garonne). Il vivait dans ce petit village avec sa compagne Anne Diana Clain avec qui il s’est marié religieusement en 2001.
 
Mohamed Amri comparait le 19 novembre devant le tribunal correctionnel de Paris pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d'acte de terrorisme
Mohamed Amri comparait le 19 novembre devant le tribunal correctionnel de Paris pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d'acte de terrorisme © Dessin Sylvain Lorelle


C’est un homme mince, un peu dégarni, une petite barbe poivre et sel, des cheveux bruns ondulés ramenés dans la nuque avec un élastique.
Il semble moins calme que sa compagne assise un peu plus loin dans le box des prévenus. On ne voit jamais un regard entre les deux.
Ses propos ne sont pas toujours très clairs. Et il a même tenté maladroitement d’interrompre une ou deux fois la présidente de la 16 ième chambre du tribunal correctionnel de Paris.
On la sent agacée Isabelle Prévost-Desprez devant les réponses peu convaincantes de cet homme.

Il a toujours plus ou moins fait partie de la famille Clain, il était marié à une réunionnaise (avec qui il a eu 6 enfants), cousine des Clain. Ils se sont toujours côtoyés. A Toulouse, puis à Alençon aussi quand les Clain y sont partis.
 

La syrie une simple visite à la famille ?

Très rapidement la présidente du tribunal essaye de savoir quelles étaient ses intentions en partant  en Syrie. Et elle le met face à ses contradictions, lui qui a toujours prétendu vouloir faire un simple voyage pour faire plaisir à sa femme qui souhaitait revoir sa famille.
Lui qui devait faire des renouvellements de carte de séjour en France. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait avant le départ pour la Syrie s’il avait vraiment l’intention de revenir ? Son titre de séjour devait être renouvelé avant 2016 et ils ont quitté la France en août 2015 après avoir entièrement vidé la maison.
Ils avaient vidé la maison pour ne pas payer de loyer explique Mohamed Amri et il n’a pas entamé les démarches pour renouveler son titre de séjour parce qu’il pensait avoir le temps de le faire en revenant.

Concernant son rôle dans la conversion de la famille Clain à l’islam, Mohamed Amri reconnait avoir été là au bon moment quand ils se posaient des questions. Mais pas plus. "Ils étaient prêts, dit il. Je suis pour quelque chose mais je suis pas à l’origine."

Et ses relations avec Olivier Corel ? Il dit l’avoir côtoyé à la mosquée de Bellefontaine à Toulouse et être passé chez lui en allant faire des courses en Andorre (à Artigat en Ariège). Pourtant Olivier Corel est présent début 2015 au mariage de Fanny, la fille de Anne Diana Clain, lui dit la présidente. Mais Mohamed Amri dit ne pas s’en souvenir.

Le nom d'Olivier Corel est souvent cité dans des affaires de jihadistes toulousains. Celui que l'on a baptisé l'Emir blanc n'a jamais été condamné dans ces dossiers.

Et les frères Clain, savait-il ce qu’ils étaient partis faire en Syrie.
Oui, il savait qu’ils étaient partis rejoindre l’Etat Islamique (EI).

Mohamed Amri tente de minimiser, donne des réponses évasives.
Mais la présidente du tribunal insiste : "je veux votre explication, la raison de votre départ en Syrie ?"
"Je suis marié avec madame Clain dit-il, j’ai des enfants avec elle. Ses frères et leurs enfants je les connaissais. Il restait plus personne."
 

Toute la famille Clain était partie en 2014 et début 2015 en Syrie. Mohamed Amri affirme qu’il s’agissait d’un voyage pour faire plaisir à sa femme. Qu’elle puisse revoir la famille et peut être convaincre Fanny la deuxième fille d’Anne Diana Clain de revenir en France.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société terrorisme faits divers