Mort de Quentin, poignardé à Toulouse : deux mis en cause libérés dont un pour vice de procédure

Rebondissement dans les suites judiciaires après la mort de Quentin Fisset, ce jeune homme mortellement blessé à la sortie d'un bar début mai à Toulouse : deux des mis en examen ont été libérés dont l'un après un vice de procédure.

Trois semaines après la mort de Quentin Fisset, 21 ans, mortellement poignardé lors d'une bagarre pour un motif futil devant le Puerto Habana à Toulouse, l'enquête a connu un rebondissement avec la libération de deux des trois personnes mises en examen et écrouées depuis le 12 mai dernier, dont l'une à la suite d'un vice de procédure relevé par son avocat.

L'un des mis en cause a été libéré lundi. C'est celui contre lequel les charges retenues étaient les moins importantes. En revanche, la justice pensait détenir des éléments à charge contre l'autre mis en cause qui a été libéré ce mardi cette fois en raison d'un vice de procédure : la réponse du président de la Chambre de l'Instruction au "référé liberté" de la défense a été rendue au bout de 4 jours et non de 3 comme l'exige le code de procédure pénale.


Trois jeunes de 20, 22 et 23 ans avaient été mis en examen pour leur implication dans le meurtre du jeune Quentin, intervenu dans une bagarre à la sortie d'une soirée d'anniversaire au Puerto Habana un bar de Toulouse situé près du Port-Saint-Sauveur. C'est un scooter renversé qui serait à l'origine de la bagarre mortelle.

EN VIDEO / le reportage de Pascal Lagorce et Jean-Luc Pigneux
Cette mort violente avait suscité une vive émotion à Toulouse et à Plaisance du Touch où le jeune homme jouait au rugby. Deux marches blanches ont été organisées ces derniers jours en mémoire de Quentin.