• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Nouveau message audio du Toulousain Fabien Clain, “voix” de Daesh lors des attentats du 13 novembre

Fabien Clain / © AFP
Fabien Clain / © AFP

Daesh a diffusé le 7 janvier un nouveau message audio lu par le jihadiste toulousain, qui avait, avec son frère Jean-Michel, revendiqué les attentats du 13 novembre 2015. 

Par Fabrice Valery

Il s'agit du premier épisode en français d'une série de textes de Daesh, signale le chercheur Romain Caillet, qui a repéré sur internet un nouveau message audio lu par le jihadiste toulousain Fabien Clain : des textes "portant sur la clarification de la doctrine religieuse de l'Etat Islamique", précise Romain Caillet, spécialiste des questions islamistes. 

Ce message a été diffusé début janvier. Il est donc lu en français par Fabien Clain et annonce une série de lectures qui pourrait être mise en ligne rapidement. Sa voix et celle de son frère Jean-Michel avait été identifiée dans le message de revendication des attentats de Paris et Saint-Denis du 13 novembre 2015. 

En revanche, selon Romain Caillet, il n'est pas possible de dater l'enregistrement : il s'est déroulé entre le 15 septembre 2017 (date de diffusion par Daesh de la version du texte en arabe) et le 7 janvier 2018, date de la diffusion de la version française.

La datation est importante : entre ces dates, il s'est passé beaucoup de choses avec l'avancée de la lutte contre Daesh en Syrie et la prise des villes détenues par l'Etat Islamique. Impossible donc de dire que le Toulousain Fabien Clain est toujours vivant. 

D'autant que ces dernières semaines ont été marquées par des interpellations notamment par les combattants kurdes, de jihadistes français qui fuyaient la Syrie : l'Albigeois Thomas Barnouin et le Toulousain Mohamed Megherbi ont été arrêtés mi-décembre.

Ce qui est intéressant c'est que ces deux-là faisaient partie de la mouvance de la "filière d'Artigat" (Ariège) d'acheminement de jihadistes français, condamnés en 2009 par la justice française. Une mouvance dans laquelle on retrouvait Olivier Corel, les frères Merah, les frères Clain, Sabri Essid... A l'exception de Corel (qui serait toujours en France selon des policiers du renseignement) et des frères Merah (Mohamed Merah est mort en 2012, son frère Abdelkader est incarcéré depuis cette date), les autres ont réussi à partir de France, vraisemblablement en 2014, pour rejoindre la Syrie. Au nez et à la barbe des services français.

Sur le même sujet

Hérault : l'école de Montblanc près de Béziers occupée par des parents d'élèves

Les + Lus