• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Un nouveau proviseur au lycée Gallieni de Toulouse en proie à la violence

La conférence de presse du nouveau proviseur Fabrice Pinteau / © Claire Eckersley
La conférence de presse du nouveau proviseur Fabrice Pinteau / © Claire Eckersley

Il a pris ses fonctions ce vendredi. Le nouveau proviseur du lycée Gallieni de Toulouse, en proie ces dernières semaines à de nombreuses incivilités, insultes et bagarres, sera prochainement doté d'un proviseur adjoint en charge de la sécurité

Par VA.

Conséquence de la crise que vient de traverser le lycée professionnel Gallieni de Toulouse ces dernières semaines, Fabrice Pinteau, jusqu'alors principal du collège toulousain Vauquelin, situé au Mirail et classé en réseau d'éducation prioritaire, a pris ses fonctions en tant que proviseur vendredi au lycée Gallieni.

Sa mission : rétablir l'ordre dans cet établissement où sont scolarisés 950 élèves du CAP au bac professionnel.

Lors d'une conférence de presse, le nouveau proviseur a confirmé qu'un nouveau poste de proviseur adjoint, en charge de la sécurité allait être créé.

Il sera chargé de mettre en oeuvre, avec les équipes éducatives, un plan pour lutter contre les incivilités et la violence que dénoncent notamment 80 des 135 enseignants, qui, depuis décembre exercent leur droit de retrait.

En vidéo, le reportage de Frédéric Fraisse et de Solenn Lagha :
Un nouveau proviseur au lycée Gallieni de Toulouse en proie à la violence

Sur leur site "Fiers d'enseigner", des enseignants du lycée rappellent que le lycée Gallieni "s'inscrit dans un historique de violence et de souffrance de longue date et maintes fois souligné, dénoncé et rapporté à l'institution". Mais "cette année le pic de colère et de désespoir de TOUS les personnels a été franchi: bagarres violentes, menaces et intimidations de la part d'élèves, dégradations fréquentes. Nos élèves rapportent la souffrance sociale de leur quotidien dans le lycée, provoquant des situations qui nous dépassent".

Dans une pétition adressée au ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer, qui avait recueilli jeudi soir près de 10.000 signatures, ils demandent un "dispositif d'éducation spécifique", avec une "véritable politique de recrutement" et une "dotation supplémentaire et pérenne de moyens" pour "permettre la réussite de tous et toutes".

"J'entends ce SOS, j'ai été profondément scandalisé", avait déclaré jeudi le ministre sur Europe 1, annonçant l'arrivée d'un nouveau proviseur et de moyens supplémentaires. Les syndicats enseignants réclament notamment la création de 5 postes de surveillants, soit le doublement des effectifs.

Le lycée polyvalent Joseph Gallieni avait été détruit par l'explosion d'AZF en 2001 et avait bénéficié pour sa reconstruction d'un investissement de 95 millions d'euros.

Sur le même sujet

Gilets jaunes : ambiance "bon enfant" à Aimargues dans le Gard

Les + Lus