Objectif Lune : à Toulouse, cinq entreprises intègrent l'incubateur TechTheMoon

Cinq startup ont été sélectionnées pour intégrer TechTheMoon, un incubateur dédié à l’économie de la Lune. Elles ont été présentées mardi 5 octobre 2021 au CNES de Toulouse. Toutes ont leurs spécificités mais un même objectif : répondre aux enjeux de la présence prolongée de l'Homme sur la Lune.

Premier incubateur d’entreprises au monde dédié aux projets lunaires, TechTheMoon - né du partenariat entre le Centre National d’Études Spatiales de Toulouse (CNES) et de Nubbo, incubateur et accélérateur de startup en Occitanie – a sélectionné les cinq entreprises qui bénéficieront d’un accompagnement de 12 mois. Elles seront guidées de l’idée au prototype, jusqu’à la levée de fonds et le lancement commercial de leur solution. Ces solutions doivent répondre aux enjeux de la présence humaine prolongée sur la Lune.

Pendant un an, ces cinq startup, on va les accompagner jusqu’au prototype lunaire, mais aussi dans l’innovation de ce prototype dans une application terrestre. Avec notre partenaire Nubbo, c’est ça qu’on vise : c’est vraiment être des leaders, pas juste être suiveurs dans ce retour sur la Lune.

Thomas Fouquet, chargé d’innovation du CNES

Planter des légumes sur la Lune

Après avoir lancé un concours en juin 2021, le CNES et Nubbo ont choisi les startup qui proposaient des projets répondant aux critères de viabilité sur la Lune, réalisables en un an, avec un modèle viable à 12 mois.

Il y a d’abord l'entreprise Anyfields, de visualisation des rayonnements électromagnétiques et de mesure de la performance des antennes. Métis qui analyse in situ des composants et des équipements, Orius Technologies qui produit des végétaux en environnement spatial, Spartan Space, qui veut fabriquer un habitat lunaire gonflable et mobile et The Exploration Compagny qui vise à fabriquer un véhicule orbital lunaire réutilisable.

"Cela va nous permettre d’accélérer énormément, se réjouit Paul Hector Oliver, président et co-fondateur d’Orius Technologie. Notre intérêt c’est de nourrir les gens ou les astronautes. Il y a aussi l’aspect psychologique d’entretien, de cultiver le jardin, l’idée d’avoir fini ou produit quelque chose sur les stations et la partie plaisir de goût. Cela va servir aux astronautes."

Ces cinq startup, de tous ordres, vont être installées sur le Centre spatial de Toulouse durant une année complète.