Occitanie : lancement des "sentinelles du climat", un programme d'observation de l'évolution de la biodiversité

Publié le Mis à jour le

Des associations lancent en Occitanie un programme, déjà sur pied en Nouvelle-Aquitaine : "les sentinelles du climat". Objectif : mesurer l'ampleur du changement climatique sur la faune et la flore. Le programme débute dès ce lundi 22 novembre.

Mesurer et comprendre l’impact du changement climatique sur la biodiversité, tel est l'objectif des "sentinelles du climat", un programme mis en place en Nouvelle-Aquitaine dès 2016 par l'association Cistude nature

Nature en Occitanie (NEO), association régionale de protection de la nature, déclinera le programme en Occitanie avec l'appui de Cistude nature. NEO a réuni, ce lundi 22 novembre, plusieurs experts pour définir à quelles "espèces sentinelles", faune et flore, s'intéresser. Ils déterminent sur quels sites les étudier ainsi que les protocoles de suivi à mettre en place.

Changement de zone d'habitation

"On a regardé de près le programme mené par Cistude nature en Nouvelle-Aquitaine, explique Camille Dyrda, cheffe de projet communication pour NEO. On avait déjà des focus qui nous permettaient de rejoindre les problématiques qu'ils traitaient. Par exemple, les changements d'habitat observés sur les lézards des Pyrénées du fait du réchauffement climatique... très concrètement, ils partent vers les hauteurs. Parce qu'on avait cette expertise, on a saisi l'opportunité de développer ce programme en Occitanie".

Les suivis se feront sur des espèces caractéristiques en Occitanie dans des milieux sensibles au changement climatique. Comme en Nouvelle-Aquitaine, ces espèces auront pour dénominateur commun d’être peu mobiles et donc plus exposées aux impacts du changement climatique. Incapables de "fuir", ces sentinelles du climat sont sensibles aux modifications de leur environnement.

Coup de projecteur sur l'évolution

Après une recherche active de financement, NEO franchit le pas en adhérant au programme "Les sentinelles du climat". "C'est assez innovant, poursuit Camille Dyrda. C'est un programme voué à se décliner dans d'autres régions. C'est un partage d'informations : on met autour de la table des scientifiques pour alerter les pouvoirs publics avec des données spécifiques sur l'évolution de la biodiversité au niveau local. C'est un coup de projecteur sur son érosion".

Près d’une trentaine de participants, naturalistes et chercheurs (CEN Ariège et CEN Occitanie, CBNPMP et CBN Med, CNRS Moulis, CNRS et CEFE Montpellier, Opie, Les Ecologistes de l’Euzière, RECO) ont répondu présents pour ce premier rendez-vous du programme en Occitanie. Ils sont réunis pour le lancement à la Maison régionale de l'Environnement à Toulouse.

Justine Gay-des-Combes, docteur en écologie et cheffe de projets "Les Sentinelles du Climat" à Nature En Occitanie, coordonne l'opération. Associations et laboratoires de recherche travaillent de concert. "Cela crée une dynamique pour l'amélioration des connaissances", affirme encore Camille Dyrda qui met aussi en avant la mobilisation citoyenne. Dès 2022, le grand public sera sollicité pour faire part de ses observations.

Les sciences à la portée de tous

Ce programme de recherche accorde une place centrale à la médiation scientifique et à la sensibilisation à ces enjeux de société. Vidéos, bandes-dessinées, site internet, exposition seront proposés. Objectif : mettre les sciences à la portée de tous pour que chacun puisse comprendre les enjeux et agir à son niveau. Cette démarche a le soutien financier de la Région et de l’OFB, l'Office français pour la biodiversité.