Pas d’avancée suite à la confrontation entre Cédric Jubillar et son ex-voisin de cellule

Publié le Mis à jour le
Écrit par Ophélie Le Piver avec Benoit Roux

Pendant 4 heures cet après-midi au tribunal de Toulouse, Cédric Jubillar a été confronté à son ancien voisin de cellule Marco, qui affirme avoir reçu les confidences de ce dernier. Les deux hommes sont restés campés sur leurs positions.

Le face à face a duré 4 heures. Cet après-midi, Cédric Jubillar a été confronté à son ex co-détenu. Marco (c’est son surnom) affirme depuis sa libération à l’automne dernier avoir reçu les aveux de son voisin de cellule concernant le meurtre de sa femme et l’endroit où il l’a enterré. Des déclarations qui avaient débouchées en janvier dernier sur de longues recherches infructueuses.

Pas d’avancée majeure

Mais cette longue confrontation au tribunal de Toulouse n’a débouché sur aucune avancée majeure. Cédric Jubillar continuant de nier s’être confié à son co-détenu, Marco campant sur ses positions. “Ces confidences, si tenté qu’elles aient existé, ce que Cédric Jubillar conteste, étaient mensongères et ne recellaient aucune vérité” a dénoncé , Emma Franck, l’avocate de Cédric Jubillar.

Ses avocats ont d’ailleurs réclamé une nouvelle fois la libération de leur client, au nom de la présomption d’innocence. Ils accusent Marco d’avoir inventé ces aveux afin d’obtenir une libération anticipée. “Si l’accusation en est à faire reposer un dossier sur les déclarations d’un homme qui manifestement a monnayé, ou a eu la bienveillance d’un tribunal pour être remis en liberté, c’est que vraiment, l’accusation n’a rien dans ce dossier”, a déclaré l’autre avocat de Cédric Jubillar, Alexandre Martin. 

Seule certitude à l'issue de cette journée : la confrontation n’a pas permis de faire avancer la recherche de Delphine Jubillar, disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020 près d'Albi (Tarn).