PHOTOS. Un mystérieux vol en apesanteur à bord d'un avion Airbus piloté par Thomas Pesquet, de quoi s'agit-il ?

Un mystérieux vol en apesanteur à bord d'un Airbus a donné lieu à une sorte de concours de selfies et de souvenirs immortalisés en photo, ce mardi 16 avril 2024. De quoi s'agit-il ? Pour le savoir, nous vous proposons un petit voyage sur la sphère des réseaux sociaux avec Thomas Pesquet aux commandes.

"Plus d’astronautes à bord d’un avion que dans la station !", s'exclame Thomas Pesquet dans un message posté le 16 avril 2024 sur son compte X, anciennement Twitter. Apparemment, un vol très spécial s'est déroulé à bord d'un Airbus pas tout à fait comme ceux que le géant de l'aéronautique a l'habitude d'orchestrer au-dessus de nos têtes. Alors, question : de quoi il en retourne exactement ?

Thomas Pesquet aux commandes

"Quelle responsabilité d’être aux commandes !", poursuit Thomas Pesquet dans ce message énigmatique. "Tout le monde était aussi à l’aise en apesanteur que s’ils étaient tombés dedans quand ils étaient petits. Bravo à tous !", écrit encore l'astronaute qui, il n'y a pas si longtemps, repassait son permis de pilotage sur l'A350 d'Airbus à Toulouse.

Plusieurs photos accompagnent le message de Thomas Pesquet sur les réseaux sociaux. Sur l'une d'elles, on peut voir une ribambelle de personnes posant fièrement sous un réacteur, vêtues d'une combinaison bleue, arborant l'écusson de l'agence spatiale européenne. Le selfie est signé par Raphaël Liégeois, astronaute belge de 36 ans.

À bord de ce mystérieux vol d'astronautes, quatre femmes, comme aiment à le souligner en commentaire un certain nombre de fans. "C’est aujourd’hui chez Novespace, que beaucoup de mes jeunes collègues découvraient la sensation de flotter pour la première fois, à bord de l’Airbus 310 Zero G", dévoile Thomas Pesquet.

L'A310 Zero G, mais quel est cet avion ?

L’A310 Zero G est sorti de la chaîne de fabrication Airbus en 1989. D'abord exploité par une compagnie aérienne d’Allemagne de l’Est, aujourd'hui disparue, il est ensuite acquis par l’État allemand. Modifié, il est utilisé pour le transport du gouvernement et d'Angela Merkel. Est rebaptisé "Konrad Adenauer" en hommage au chancelier allemand de l’après-guerre, avant d'être repris par Novespace en 2014.

Novespace est une filiale du CNES, le Centre national d'études spatiales. Et l'avion basé sur l'aéroport de Bordeaux-Mérignac a, depuis sa reprise d'exploitation made in France, été réaménagé en laboratoire de recherche scientifique, spécialement adapté pour l'apesanteur, pour des "vols paraboliques".

Le vol de ce 16 avril 2024, avec astronautes à bord et piloté par Thomas Pesquet, visait à "leur faire goûter à l'apesanteur, entourés d'expériences scientifiques. Et si ce n'est pas le cas, la préparation parfaite pour un vol vers l'ISS, je ne sais pas ce que c'est !", commente encore notre célèbre spationaute formé, faut-il le rappeler, à l'Institut supérieur de l'aéronautique et de l'espace à Toulouse. "Ils sont tous naturels et j'ai tout de suite apprécié ce premier avant-goût de ce qui va arriver", précise-t-il encore.

Objectif : relancer l'exploration de la Lune via le programme Artemis de la NASA, auquel collaborent l'agence spatiale européenne et celle du Canada. Attention, nouveau selfie, signé cette fois d'Hervé Stevenin, instructeur ZeroG des astronautes de l'ESA. "Prêt pour l'entrainement", annonce-t-il ce 15 avril 2024. 

Un dernier pour la route

Plusieurs astronautes du vol d'entraînement ESA84 ont également publié des photos souvenirs sur leurs réseaux sociaux. Et puis, il y a ce selfie de Mélissandre que nous devions vous partager. Celle qui se présente en tant que "Paladin de l'espace, bergère des fusées et des avions", se prend en photo sous le nez de l'avion. Pas de combinaisons bleues en vue. Impossible de voir si Thomas Pesquet est dans le cockpit.

"Techniquement, moi aussi, j'ai fait un selfie avec tous les ascans", écrit-elle. Ascans ? Entendez par là, "astronauts candidates" en version anglaise. En français : ce sont les recrues qui n’ont pas terminé leur entraînement initial et donc pas encore leur diplôme en poche. Toujours est-il que Mélissandre semble avoir tenu parole. Sur son selfie, Novespace apparaît bien sur le fuselage de l'avion devant lequel elle prend la pose.