Polémique autour d'une conférence de Robert Ménard à Toulouse

Le maire (sympathisant FN) de Béziers tient une conférence ce lundi soir à Toulouse. Plusieurs partis de gauche ou organisations s'insurgent contre sa présence et rappellent à Jean-Luc Moudenc, maire UMP de Toulouse, qu'il a interdit une autre conférence il y a quelques semaines. 

Le maire de Béziers Robert Ménard doit participer ce lundi soir à Toulouse (20h30, salle Barcelone) à une conférence organisée par l'association toulousaine "Face à Face", dirigée par Marie Coquelin, ancienne organisatrice de La Manif Pour Tous à Toulouse. 
Cette conférence du maire sympathisant Front National de Béziers fait bondir de nombreuses organisations, associations, syndicats ou partis de gauche, notamment après l'affaire des "fichiers", Robert Ménard ayant indiqué récemment en direct sur France 2 que sa mairie exerçait un "fichage religieux" des familles en fonction du prénom des enfants inscrits à l'école. 

"Haine, discrimination et violence sociale" selon la LDH

La section toulousaine de la Ligue des droits de l'Homme (LDH) "dénonce les paroles et les pratiques de Robert Ménard qui portent atteinte aux principes les plus fondamentaux de notre République, en semant haine, discrimination et violence sociale". Elle demande "aux toulousaines et aux toulousains de refuser pacifiquement et sereinement à cette occasion tous les discours porteurs d’idées racistes et xénophobes étrangers à la tradition de notre ville" et "prend acte de la mise à disposition par le maire de Toulouse d’une salle municipale dans de telles conditions et s’insurge à ce propos contre des pratiques arbitraires qui voient l’attribution de ces locaux régie par son seul bon vouloir, en dehors de toute équité et au mépris du respect  droit commun à la liberté d’expression, comme il a été possible de le constater ces dernières semaines".

La mairie n'interdira pas

La ville de Toulouse, qui met à la disposition des partis politiques et associations plusieurs salles de réunion, dont la salle Barcelone, n'interdira pas cette conférence. C'est ce que lui reproche la LDH, le Parti de Gauche ou encore le NPA. Le nouveau parti anticapitaliste a d'ailleurs vu l'une de ses conférences prévue au même endroit avec un représentant de l'organisation BDS France ("Boycott, Désinvestissements, Sanctions" qui milite pour boycotter les produits israëliens en raison de la politique d'Israël vis à vis des Palestiniens) interdite le 31 mars dernier par Jean-Luc Moudenc
Pour le maire UMP de Toulouse, cette conférence risquait de troubler l'ordre public. La ville de Toulouse estime que dans le cas de Robert Ménard, il n'y a pas le même risque. 
Dans un communiqué publié lundi après-midi la municipalité, sans jamais citer le nom de Robert Ménard, explique sa position : "la Municipalité est très vigilante quant au respect des Libertés publiques, en particulier de la Liberté de réunion. Pour autant, lorsque c’est nécessaire, la Collectivité entend assumer, sans détours, ses responsabilités. Ce fut par exemple le cas le 31 mars dernier, lorsque, sous couvert d’un parti politique, une organisation avait organisé une réunion publique autour de personnes condamnées pour discrimination et incitation à la haine raciale. C’est cet aspect qui engendrait un fort risque de troubles graves à l’ordre public. Concernant la venue du Maire de Béziers, force est de constater qu’il s’agit d’une personnalité dont le caractère démocratique de l’élection n’a jamais été contesté et qui n’a pas fait à ce jour l’objet d’une telle condamnation. Même si la municipalité toulousaine est loin de partager ses opinions et choix politiques, la Ville de Toulouse considère qu’il n’y a pas lieu d’interdire le débat de ce soir, salle de Barcelone".

Le même succès que pour Zemmour ? 

"Je ne pensai pas que cela prendrai de telles proportions, indique Marie Coquelin, l'organisatrice, à France 3 Midi-Pyrénées. Moi je ne suis qu'un particulier qui organise des conférences. Je n'appartiens à aucun parti politique". Elle s'interroge sur la liberté d'expression et assure que lors de la conférence "toutes les questions seront libres, il n'y a pas de tri"
C'est elle qui avait organisé en novembre dernier le "meeting" d'Eric Zemmour à Toulouse, qui avait rempli la salle Barcelone, en présence notamment de deux adjoints de Jean-Luc Moudenc, Olivier Arsac et Marie-Pierre Chaumette.
Cette fois, Marie Coquelin ignore si Ménard va attirer autant de monde, mais elle tient à rappeler qu'il n'a pas été invité en tant que maire de Béziers, mais" en tant qu'ancien journaliste" et polémiste pour débattre, avec Guillaume de Prémare (ex-président national de la Manif Pour Tous) sur le thème "peut-on faire de la politique autrement ?".