Polémique. "Les parents n'applaudissaient et ne riaient pas" : des scènes à caractère sexuel projetées lors d'un spectacle pour enfants

Des dessins à caractère sexuel ont été projetés lors d'un spectacle organisé par deux écoles de L'Union (Haute-Garonne) provoquant l'émoi chez les parents. La représentation était assurée par des enfants de primaire et deux comédiens, auteurs du spectacle. Le rectorat et le conseil départemental 31 assurent avoir "engagé une évaluation du spectacle".

Des hommes et des femmes dénudés et masqués, dans des positions et des actes suggestifs... projetés en plein milieu d'un spectacle pour enfants. À la veille des vacances scolaires d'hiver 2024, sur la scène de la Grande Halle de L'Union (Haute-Garonne), deux classes de deux écoles primaires de la ville étaient invitées à assister au spectacle "Le Monde au bout du pied" et à y participer.

 "Le spectacle durait 1h30 et les enfants ne sont intervenus qu'une dizaine de minutes", décrit un parent. Les images à caractère sexuel ont été projetées derrière les enfants, au cours de leur passage, furtivement. Les parents, choqués, se sont interrogés sur la présence de ces dessins, et l'institutrice leur a assuré ne pas en avoir été informée.

 

Un spectacle encadré par le département 

Orchestré par les comédiens Serge Soula et Jean-Michel Hernandez, la représentation a été pensée dans le cadre du parcours laïc et citoyen proposé par le Conseil départemental, en lien avec l'Éducation nationale. Un programme qui vise à aider les enfants à développer leur esprit critique, via des actions qui prennent la forme de représentations de théâtre, danse ou encore de poésie.

 "Le Monde au bout du pied" vise à dénoncer les dérives commerciales du football. Au cours du spectacle, avant l'intervention des enfants, un premier geste alerte l'un des parents. "Le comédien s'est mis torse nu en caleçon, pour une scène de vestiaire, mais on n'a pas compris", explique-t-il. Les parents dans la salle n'applaudissaient pas et ne riaient pas." D'autres images, qui ont pu paraître choquantes, ont également été projetées. 

Des images qui disparaîtront

Alertées par les parents, les directions des deux écoles ont adressé une réponse similaire, en affirmant que "le spectacle a été proposé de nombreuses fois dans de nombreuses écoles" et "qu'aucun problème n'a été soulevé par le passé". En assurant tout de même que "le chorégraphe prend cette remarque très à cœur et va modifier son illustration, dans un objectif d'amélioration de la qualité de son spectacle." 

A lire : Spectacle mis en cause par des parents, les images à caractère sexuel sont retirées, la Compagnie dénonce une polémique injuste

Contacté par France 3 Occitanie, Jean-Michel Hernandez a expliqué que ces images avaient été choisies par un autre de leurs collègues, un technicien. "C'est un montage extrêmement rapide, où les images défilent en subliminal. Personnellement, je n'ai jamais remarqué ces images auparavant, bien que nous ayons joué ce spectacle de nombreuses fois, explique-t-il. Je suis dans un grand désarroi." 

De son côté, Serge Soula, souligne que ces images ont été projetées pour "dénoncer les soirées chaudes des footballeurs", dans la logique de critiquer les dérives de ce business.

Suspendu par le Conseil départemental 

Malgré ces déclarations, le Conseil départemental a décidé de suspendre les prochaines représentations, et a "engagé une évaluation du spectacle", en ajoutant que le descriptif des images donné par les parents "ne correspond pas du tout" à l'action qu'ils avaient retenue au départ.

Contacté, le rectorat de Toulouse s'est contenté d'un communiqué laconique expliquant avoir "fait remonter au Conseil départemental ses interrogations pédagogiques et éducatives quant à la diffusion de telles images, afin que cela ne se reproduise pas".