Spectacle mis en cause par des parents, les images à caractère sexuel sont retirées, la Compagnie dénonce une polémique injuste

Suite à l’interpellation de parents d’élèves d’une école de L’Union à propos dans une représentation, le Conseil départemental a évalué le spectacle. Les deux images à caractère sexuel ont été supprimées mais sa confiance en la Compagnie Rêve de Foo-t est intacte. La Compagnie estime qu'il n'y a pas lieu d'être choqué et accuse les médias, et notamment France 3, de faire le buzz inutilement. ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏

Des parents d’élèves d’une école de L’Union ont manifesté leur émoi sur les réseaux sociaux à propos de deux images à caractère sexuel dans une représentation. Le Conseil départemental a évalué le spectacle. Les deux images ont été supprimées mais sa confiance en la Compagnie Rêve de Foo-t est intacte. La Compagnie, elle, dénonce une fausse polémique. ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ ͏ 
Le 6 février dernier, des classes de CM1 et de CM2 de l'Union (Haute-Garonne) ont participé à un spectacle "Le Monde au bout du pied" au cours duquel des parents ont pris en photos des images inappropriées qui, disent-ils, les ont choqués. France 3 a relayé leur émoi et donné dans un second temps la parole à l'un des responsables de la Compagnie.

Sollicités, le rectorat et le Conseil départemental ont engagé une évaluation du spectacle proposé dans le cadre du Parcours Laïque & Citoyen. Dans un communiqué de presse, le Conseil départemental explique que ce "spectacle conçu il y a plus de 20 ans, vise notamment à dénoncer les dérives commerciales du football. Il est participatif, festif, et en aucun cas destiné à diffuser un contenu à caractère sexuel". Dans un second communiqué, il indique que le spectacle est pour l'heure, suspendu.

Qualité du spectacle

"Les enfants participants n'ont jamais été exposés à une situation de danger" ajoute l'institution qui note que le spectacle a été donné à de nombreuses reprises devant des publics scolaires en France, sans susciter de controverse. Elle mentionne sa qualité, l'enthousiasme des élèves et enseignants, ainsi que le professionnalisme de la compagnie.

"Concernant l'image projetée brièvement en fond de scène, invisible à vitesse réelle et à l'origine de l'interpellation des parents, l'association RDF asso a décidé de la retirer du montage" poursuit le communiqué, indiquant que le Conseil départemental est "particulièrement vigilant dans la sélection des quelques 260 actions du Parcours laïque et citoyen, afin de protéger les enfants de contenus inappropriés à leur âge". 

Parcours laïque et citoyen

La Compagnie a demandé à s'exprimer. Elle estime que la représentation "a fait l’objet d’une dépréciation immédiate de la part d’une poignée de personnes, en leurs qualités de mères d’élèves". Et précise qu'elle est inscrite dans le dispositif Parcours laïque et citoyen depuis 2017, que les bilans la concernant ont toujours été positifs, "d’où le renouvellement de ces actions dans le temps".

"C’est bien entendu la première fois que nous rencontrons ce problème et que nous suscitons cette réaction qui nous paraît outrancière", poursuivent les signataires du droit de réponse, Serge Soula, Jean-Michel Hernandez et Daniel Rodier.

"La contestation de ces quelques parents, bien avant la diffusion de l’image en question, a démarré lors du passage torse nu des deux acteurs enfilant un maillot de football. La scène ne nous paraît pas déplacée, simplement en lien avec une réalité vécue dans tous les vestiaires de football de la planète", explique la Compagnie qui mentionne son intention de dénoncer les dérives du football business à travers un montage vidéo.

"Messages contestataires excessifs"

Des images qui passent selon elle à grande vitesse et dont le contenu ne peut être identifié qu'au ralenti voire en image arrêtée. Aucun des enfants n'aurait donc été en mesure d'identifier ces images.

Les signataires du droit de réponse dénoncent "une certaine culture du buzz et un sens aigu de la polémique inutile". "Notre surprise est beaucoup plus grande de voir un article émanant de France 3 reprendre, mot pour mot (et image pour image), les messages des contestataires s’avérant totalement excessifs" ajoutent-ils.

"Les auteurs de ces remarques devraient, en toute cohérence, interdire à leurs enfants l’accès à tous les musées du monde où la nudité est largement représentée. Ces individus à qui vous laisser ouverte votre tribune doivent aussi bander les yeux de leurs enfants si toutefois ils osent les amener sur une plage".

La Compagnie regrette de ne pas avoir été sollicitée immédiatement, comme les enseignants ou les autres parents. Elle déplore que les images saisies aient été extraites de leur contexte. "Par ailleurs, le déchaînement à l’égard de notre travail, très limité aux esprits réactionnaires et conservateurs mais suffisamment visible, nous apparaît injuste. Nous exerçons des professions artistiques depuis plusieurs décennies. Nous poursuivons toujours au travers de notre travail un objectif de transmission reconnu par de nombreuses institutions (l'Education nationale notamment)" expliquent encore les signataires.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité