Cet article date de plus de 3 ans

Pollution de l'air : comme si vous aviez fumé 2 cigarettes à Toulouse aujourd'hui !

Une application permet de mesurer la pollution de l'air respiré en équivalent en nombre de cigarettes fumées. Si dans certaines grandes villes du monde, le chiffre peut s'envoler jusqu'à 65 cigarettes, à Toulouse, même dans une journée "bonne", c'est un tabagisme passif équivalent à 2 cigarettes.
© France 3 Occitanie - Jean-Pierre Duntze
Lecteurs non-fumeurs, asseyez-vous et écoutez bien ce qui suit : aujourd'hui, 2 mai, sans avoir touché à la moindre cigarette, vous avez, en respirant l'air pollué, fumé l'équivalent de 2 clopes ! Et encore, c'était une belle journée, pas trop polluée et même presque "bonne" sur l'échelle de la qualité de l'air !

Ce n'est pas une blague, au contraire, c'est très sérieux. Une application a été mise au point pour mesurer en temps réel la pollution de l'air que nous respirons en équivalent cigarettes. De quoi faire prendre conscience de l'enjeu de l'environnement et de la qualité de l'air.

"Sh*t, i smoke", c'est le nom de l'application, permet donc instantanément de savoir où l'on en est de sa consommation de cigarettes virtuelles, juste en ouvrant les poumons et en se promenant en ville. Sans même s'approcher d'un bureau de tabac !

Disponible sur l'AppStore et Google Play, elle a été développée sur les bases d'une étude très sérieuse menée par deux chercheurs de l'université américaine de Berkeley, qui ont transposé les particules qui nous respirons en équivalent cigarettes : en gros, une cigarette par jour est l'équivalent approximatif d'un niveau de PM2.5 (particules fines) de 22μg/m3.

A l'heure où nous écrivons cet article, ce taux est de 35 à Toulouse Route d'Albi ou de 37 près du Lycée Berthelot, soit 1,5 cigarettes mais de 51 près du périphérique, soit 2 cigarettes !

Si l'on peut protéger certaines populations notamment les enfants du tabagisme passif, c'est en revanche plus difficile de les empêcher de respirer !

Alors évidemment on peut se dire que ce n'est qu'extrapolation, mais tout de même ça parle (surtout aux non-fumeurs, non ?). Et puis on peut aussi relativiser : à la même heure il est de 91 à Shanghai, de 94 à Mexico (4 cigarettes) ou de 348 à Karamay, en Chine, soit l'équivalent de 16 cigarettes. On peut toujours se dire que c'est pire ailleurs. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement société