Le projet à Toulouse d'un Institut Hospitalo-Universitaire (IHU) sur le vieillissement n'a pas été retenu

INFO FRANCE 3 - Le CHU de Toulouse avait candidaté pour obtenir les financements pour un IHU sur le vieillissement et la dépendance. Le dossier vient d'être retoqué par le jury international. 

Photo d'illustration
Photo d'illustration © MaxPPP
Selon les informations de France 3 Midi-Pyrénées, le jury international chargé d'évaluer le dossier présenté par le CHU de Toulouse pour obtenir la création d'un Institut Hospitalo-Universitaire (IHU) n'a pas validé la candidature de Toulouse. 

Le projet toulousain, porté par l'Université Paul Sabatier, le CHU de Toulouse avec le soutien de la Métropole, du conseil départemental et de la région, visait à créer un éco-système autour du vieillissement et de la dépendance. 

Il avait été baptisé INSPIRE "Institut pour la prévention, le vieillissement en santé et la médecine régénérative" et avait pour objectif de promouvoir le vieillissement en bonne santé. Un thème particulièrement d'actualité. Le projet d'IHU toulousain était d'ailleurs le seul en France à travailler sur ce sujet majeur de société.

La quête du statut d'IHU, menée par les professeurs Bruno Vellas et Louis Casteilla, visait à obtenir une dotation de 50 millions de la part de l'Agence nationale de la recherches pour financer une dizaine de projets. 

Les IHU ont été lancé en France en 2009 par Nicolas Sarkozy. Différentes étapes de sélections ont permis d'établir certains IHU dans des universités et hôpitaux à Paris et en province. Le projet toulousain est ancien et figurait dans la dernière short-list de 7 projets dont seuls 2 devaient être retenus. C'est raté pour Toulouse.

En lien avec le Gérontopôle de Toulouse, le projet d'IHU avait pour ambition "de proposer un nouveau modèle de vieillissement par des approches de recherche et de soins innovantes et pour ceci intégrera :Après l'échec pour accéder au label d'excellence IDEX  au printemps dernier, c'est un nouveau coup dur pour la recherche scientifique toulousaine en à peine quelques mois. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société