Quarante femmes interpellées à Toulouse pour avoir manifesté malgré l'interdiction de la préfecture

Le préfet de Haute-Garonne a interdit le rassemblement féministe « Marche de nuit non mixte » qui devait se tenir le 5 mars 2021, à Toulouse. Malgré cette interdiction, une quarantaine de femmes se sont rassemblées ce vendredi peu avant 18 heures et ont été interpellées. 

La préfecture avait décidé d'interdire la « Marche de nuit non mixte », prévue vendredi 5 mars, en raison de la volonté des participants "de ne pas respecter le couvre-feu mis en place au niveau national à partir de 18h00 (...) y compris en ayant recours à des actions violentes".

Plus de quarante féministes ont pourtant décidé de braver cette interdiction en se rassemblant vendredi vers 17h30 place Esquirol à Toulouse (Haute-Garonne) afin de défendre le droit des femmes.

Quarante-trois d'entre-elles ont été interpellées et conduites au commissariat pour un contrôle d'identité.

Aucune des personnes emmenées n'a été placée en garde à vue mais contactées par France 3 Occitanie, plusieurs manifestantes assurent avoir subi des "propos sexistes et homophobes" au cours de leur arrestation. Toutes sont finalement ressorties libres en début de soirée. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
femmes société police sécurité