Qui vole un oeuf vole un boeuf… ou une tractopelle, l’insolite histoire vécue par les gendarmes en Haute-Garonne

Un vol pour le moins insolite s'est produit le samedi 24 avril, sur la commune de Revel, près de Toulouse. Les gendarmes ont interpellé un homme au volant d'une tractopelle volée, en pleine balade nocturne sur la route départementale. Récit de l'aventure, aussi intense que courte.

Un tractopelle a été dérobé dans la nuit du 24 avril dernier sur la commune de Saint-Orens-de-Gameville, près de Toulouse. Le vol a été suivi d'une balade sur la départementale D2 qui a rapidement tourné court, avec l'interpellation de l'auteur du vol, par les gendarmes de Haute-Garonne.
Un tractopelle a été dérobé dans la nuit du 24 avril dernier sur la commune de Saint-Orens-de-Gameville, près de Toulouse. Le vol a été suivi d'une balade sur la départementale D2 qui a rapidement tourné court, avec l'interpellation de l'auteur du vol, par les gendarmes de Haute-Garonne. © PHOTOPQR/LE MIDI LIBRE

Il est vrai que c’est tentant, le véhicule est spacieux, polyvalent, dispose d’un grand coffre à l’avant et permet de prendre de la hauteur lorsque la situation le nécessite, un engin performant, un tout-terrain indispensable… Alors il n’a pas hésité. Ni une ni deux, il vole une pelle mécanique sur un chantier voisin et s’élance, au volant de l’engin de plusieurs tonnes, sur la route de Revel, dans la commune éponyme, en quête d’aventure certainement.

Elle sera de courte durée. Si l’engin bénéficie de nombreux atouts sur les chantiers, sur la route, la discrétion n’est pas son fort. Stoppé dans son élan (sachant que la vitesse moyenne de l’engin n’excède pas les 45 km/h) par les gendarmes de la brigade territoriale autonome de Saint-Orens de Gameville, interloqués.

Quelques mètres parcourus

À minuit 10 ce samedi 24 avril, l’escapade nocturne s’arrête net… Seulement quelques centaines de mètres parcourus. Une bien courte aventure. Interpellé, l’amateur de tractopelle a rendu les clés de « son » jouet. Par chance, il n’a croisé personne d’autre que les militaires ce soir-là.

Le motif du vol ? On l’ignore. La fin de l’histoire est sans surprise nettement moins insolite : le mis en cause devra répondre de ses actes devant le Tribunal Judiciaire de Toulouse le mois prochain.

Il semblerait que la tractopelle ait la cote. En septembre 2020, un événement similaire s’était produit. Un engin de 10 tonnes avait été dérobé dans le Lot. En 2019, la Drôme et le Rhône avaient vécu des vols similaires, de tractopelle et même de fourgon funéraire.

L'histoire a semble-t-il amusé les internautes qui se sont empressés de commenter avec humour le post des gendarmes de Haute-Garonne : "la procession des chenilles commence tôt cette année."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers insolite