Cet article date de plus de 4 ans

Réfugiés syriens de Toulouse : le tribunal d'Instance décide de les expulser

Le tribunal d'Instance de Toulouse a rendu sa décision jeudi après-midi. Les 22 familles syriennes qui avaient trouvé refuge dans des bâtiments promis à la démolition dans le quartier des Izards doivent être expulsés.
Quelques uns des réfugiés syriens installés aux Izards
Quelques uns des réfugiés syriens installés aux Izards © Maxppp
Le tribunal  a décidé d'individualiser les situations mais la décision a été la même pour tous : l'expulsion de ces locaux appartenant à Habitat Toulouse.
toutefois certains sembleraient légèrement moins malchanceux que d'autres. Certaines familles auraient droit à un délai de deux mois pour quitter les lieux;
D'autres seraient expulsables immédiatement. 
Tous sont condamnés à des indemnités d'occupation à hauteur de plus de 500 € par appartement

Les avocats de ces familles ont été surpris à l'énoncé de la décision jugée extrêmement sévère
"Décidement, ces demandeurs d'asile syrien ne sont définitivement pas les bienvenus " s'exclamera Maître Julien Brel.
Selon Maître Agnès Casero qui défend près d'une vingtaine de ces familles, "cette décision ne fait pas apparaître le caractère exceptionnel de la situation de ces gens qui ont fui un pays en guerre, une situation que l'on n'a pas vue depuis des décennies.
Je me demande pourquoi Habitat Toulouse a saisi la justice alors qu'en détruisant il y a quelques jours certains de ces logements, elle s'est fait justice elle-même.
Cette décision ne sera pas exécutée avec violence, rajoute l'avocate, mais, symboliquement, elle va marquer la présence d'un état de droit , elle va être utilisée. on va abriter des impostures derrière la façade du droit."


Réaction de l'association Droit au Logement
Le DAL Toulouse31 prend acte de ce jugement sévère, et prévient qu'il sera vigilant au relogement de toutes les familles concernées.

Ces 22 familles principalement originaires de la ville de Homs au nord de la Syrie sont installées dans le quartier des Izards à Toulouse depuis janvier 2015. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
réfugiés société justice