Rugby Pro D2 : malgré sa vaillance en match de barrage, le rêve de montée en Top 14 de l'US Colomiers s'envole à Oyonnax

Malgré une première mi-temps de haut-niveau, avec un score de 19 à 12 à la pause, l'US Colomiers s'est incliné 28-22 à Oyonnax ce samedi 22 mai, en match de barrages de Pro D2 de rugby. Le rêve de disputer la montée en Top 14 s'est envolé, la saison est terminée.

Malgré leur vaillance, les Columérins n'ont pas réussi à s'imposer une troisième fois face à Oyonnax cette saison.
Malgré leur vaillance, les Columérins n'ont pas réussi à s'imposer une troisième fois face à Oyonnax cette saison. © Catherine Aulaz / MaxPPP

Sur la pelouse synthétique du stade Charles Mathon, les Hauts-Garonnais ont plus que tenu la dragée haute aux rugbymen du Haut-Bugey et cela malgré les absences de 4 titulaires blessés et surtout de 8 joueurs écartés pour cause de Covid-19.

Au cours de la saison régulière de Pro D2, l'équipe de la banlieue toulousaine est allée s'imposer dans l'Ain - ce qui n'est pas forcément un avantage psychologique si l'on tient compte de la combativité oyonaxienne.

Malmenés en début de match avec 4 pénalités infligées dans les dix premières minutes, les Columérins ont su totalement renverser la tendance : menés 3-0, ils réussissent à marquer le premier essai (et le seul) de cette première période.

Le deuxième ligne géorgien Sheklashvili conclut en force et au pied des poteaux une action entamée dans les 30 m de son camp, et qui a vu les joueurs à la Colombe progresser exclusivement en jouant à la main, un pilonnage en règle qui a payé.

Neuf points en dix minutes

Ce choix du jeu à la main, face à la stratégie Oyonnaxienne de privilégier les coups de pieds en chandelle pour mettre la pression à la réception, est couronné de succès, car il a le don de faire déjouer les Aindinois, au point d'aboutir à un carton jaune pour leur talonneur Leiataua : pendant ses dix minutes d'absence les Oyomen concèdent trois pénalités, toutes converties par l'ouvreur Columérin Jules Soulan - dont deux à plus de 50 mètres.

A deux minutes de la pause les banlieusards toulousains mènent 19-12 quand ils sont frappés par un double coup du sort : leur ouvreur et buteur Jules Soulan sort sur blessure, et l'arrière Thomas Girard, déplacé à son poste, écope d'un carton jaune.

Dès la reprise, à quinze contre quatorze, Oyonnax met la main sur le ballon et enchaîne une énorme séquence offensive pour revenir au score : son buteur Le Bourhis transforme en coin l'essai marqué par l'ailier droit Benjamin Fall.

Oyonnax prend la tête

Dans la foulée une nouvelle pénalité permet aux locaux de mener au score pour la première fois depuis quarante minutes : 22 à 19, puis 25-19 à l'heure de jeu, et 28-19 à 5 minutes de la sirène ; Colomiers vient d'encaisser un 16-0 en deuxième période.

Reste-t-il du carburant dans le moteur des Columérins ?

La réponse est non : en manque de préparation depuis deux semaines - le dernier match de saison régulière contre Mont-de-Marsan a été annulé - et privés de nombreux titulaires, les banlieusards toulousains n'ont que leur héroïsme à opposer à la solidité oyonnaxienne.

Adieu au Pays Catalan

Une nouvelle pénalité transformée par Thomas Girard (28-22) permet d'entretenir un infime espoir à trois minutes de la fin ; mais un ultime ballon perdu sur un contre-ruck victorieux des Oyomen envoie les joueurs du Haut-Bugey en demi-finale de barrages.

Colomiers n'aura donc pas les honneurs d'un match de gala face aux catalans de l'USAP, dimanche prochain 30 mai au stade Aimé Giral.

Le rêve de la Colombe s'est envolé.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
colomiers rugby rugby sport pro d2 top 14