Saint-Béat (Haute-Garonne) : inauguration d'un tunnel à 141 millions d'euros provisoirement inutile

Le tunnel de Saint-Béat, qui doit délester ce dernier gros bourg de la Haute-Garonne avant l'Espagne de sa noria de camions quotidienne, a été inauguré ce lundi. Mais sa bretelle de sortie renvoie la circulation sur une partie de la commune dont les habitants dénoncent un fiasco.

Le tunnel de Saint-Béat, le plus fréquemment fermé de France.
Le tunnel de Saint-Béat, le plus fréquemment fermé de France. © Marc Raturat/France 3 Occitanie
Banderoles de protestation, concert de casseroles...ambiance sonore pour l'inauguration ce lundi  du tunnel de Saint-Béat, dont les riverains entendent parler depuis 30 ans, mais qui, après plusieurs années de travaux, ne permettra pas, du moins pas avant 6 ans, de délester ce dernier gros bourg de la Haute-Garonne avant l'Espagne de ses quelques 500 camions et 3000 voitures quotidiens.

Le collectif Vivre en vallée de Saint-Béat avait en effet décidé de venir demander des explications aux autorités sur le rapport coût/efficacité de cet ouvrage de 1100 mètres aux normes les plus récentes de sécurité. Mais dont la bretelle de sortie n'ouvrira pas avant 6 ans et qui renverra donc pendant ce temps le trafic routier sur une moitié de l'agglomération, au grand dam des riverains. Lesquels étaient une petite centaine à manifester pour cette inauguration sur les 350 habitants que compte le village.


Le reportage de Stéphanie Bousquet et d'Olivier Denoun :

Le tunnel, qui doit être mis en service le 3 mai, ne représente en effet qu'un tronçon de déviation et non la déviation entière de Saint-Béat. Et au lieu de contourner Saint-Béat, les camions seront renvoyés vers le centre-ville pour aller prendre un virage ...en angle droit et reprendre ainsi la direction de l'Espagne, comme le montre ce carton d'invitation à inauguration de l'ouvrage.
Le tunnel (en pointillé) contourne une partie de Saint-Béat, mais sa bretelle de sortie renvoie le trafic vers le centre-ville.
Le tunnel (en pointillé) contourne une partie de Saint-Béat, mais sa bretelle de sortie renvoie le trafic vers le centre-ville. © @Préfecture de la Haute-Garonne

Au nombre des explications de cette situation ubuesque figure le coût du projet, initialement prévu pour 105 millions d'euros, mais dont le budget a explosé à hauteur de 141 millions d'euros, en raison notamment de modifications du tracé pour des raisons écologiques. Résultat : plus de budget pour la voirie. Avec un pont construit 3 kilomètres plus loin et qui ne sert pour l'heure à rien.

La situation devrait durer jusqu'en...2024. Le temps de réaliser les 2,5 km nécessaires à l'achèvement de la totalité de la déviation. Et à la fin de l'asphyxie de Saint-Béat.

En vidéo, le reportage réalisé début avril 2018 par Thierry Sentous et Marc Raturat :

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
routes économie transports pyrénées montagne espagne international