Sécurité dans les lycées : "Le lycéen a introduit un couteau comme il aurait pu avoir un compas" selon le vice-président de la région Occitanie

Suite à la tentative de suicide d'un lycéen de 18 ans ayant tenté de se poignarder, mercredi 10 janvier, dans un lycée de Toulouse, nous avons posé la question de la sécurisation des établissements scolaires à Kamel Chibli, Vice-Président de la Région Occitanie en charge de l'éducation, de l'orientation et de la jeunesse et des sports.

Mercredi 10 janvier, vers 9 heures 30, un lycéen de 18 ans s'est donné plusieurs coups de couteau en plein cours au lycée Stéphane Hessel à Toulouse.

Comment a-t-il fait pour introduire un couteau dans l'établissement alors que chaque établissement scolaire dispose désormais d’un plan particulier de mise en sûreté (PPMS) mis en place par l'Etat, la région et le rectorat.

En Occitanie, depuis plus de 7 ans, la Région a équipé ces établissements de tourniquet pour les entrées et sorties des élèves. "C’est un sujet que je suis depuis que je suis élu, aujourd’hui, presque 90 % des lycées sont sécurisés", répond Kamel Chibli, Vice-Président de la Région Occitanie en charge de l'éducation, de l'orientation et de la jeunesse et des sports, sur cet événement dramatique.

"Nous avons fait le choix du tourniquet il y a un peu plus de 7 ans. Tous nos jeunes ont une carte jeune qui est digitale, cela leur permet de passer facilement par le tourniquet et elle sert aussi pour la cantine. Cela nous permet de sécuriser au mieux les établissements".

France 3 Occitanie : Comment cet élève a-t-il fait pour introduire un couteau dans l'établissement ?

Kamel Chibli : Le jeune lycéen a introduit un couteau comme il aurait pu avoir un compas ou même un ciseau. Le problème aujourd’hui n’est pas le couteau, la problématique est de savoir comment un jeune élève de 18 ans arrive à faire un geste dramatique comme celui-là.

France 3 Occitanie : Y a-t-il un problème de sécurité dans les établissements scolaires ?

Kamel Chibli : Ce n’est pas un problème de sécurité, le vrai sujet c’est comment on arrive à avoir des jeunes dans cet état-là. La problématique de la sécurité, ce n’est pas une personne extérieure qui est rentrée dans l’établissement, ce n’est pas une bagarre ou autre. C’est un jeune qui a fait une tentative de suicide donc on se pose la question, dans quel état est le jeune, c’est plutôt ça qui m’inquiète.

Nous n’avons pas tous les éléments, mais même avec les assistants d’éducation (AED) qui encadrent et surveillent les élèves au sein des lycées, le risque zéro n’existera jamais.

Kamel Chibli, Vice-Président de la Région Occitanie

France 3 Occitanie : Comment réduire ce phénomène ?

Kamel Chibli : Il est impossible de faire des fouilles de sac à dos pour chaque élève. Tous les établissements ont des caméras de vidéosurveillance et nous avons fait en sorte que les loges d’accueil soient devant l’établissement pour surveiller les allées et venues.

"On a besoin de renforcer l’accompagnement de nos élèves dans l’établissement et surtout d'aider les chefs d’établissements à avoir des moyens humains, pour moi c’est nécessaire".

France 3 Occitanie : Y a-t-il une solution ?

Kamel Chibli : Il s’agit d’un comportement d’un élève au sein même de l’établissement donc cela peut-être soit du harcèlement soit l’état psychologique du lycéen ou bien aussi une rupture amoureuse. Il faut lutter contre le harcèlement scolaire et accompagner socialement la famille.

C’est compliqué, mais aujourd’hui il faudrait mettre plus de moyens d’accompagnement psychologique pour essayer de donner un socle plus rassurant dans l’établissement.

Kamel Chibli, Vice-Président de la Région Occitanie

Suite à l'attaque au couteau à Arras ou un professeur de français a été mortellement poignardé en Octobre 2023, l'ancien ministre de l'Education nationale et depuis peu Premier ministre, Gabriel Attal, avait lancé une "enquête flash" sur le niveau de sécurité existant dans chaque établissement scolaire.

Objectif 100% des lycées équipés fixés à fin 2023

La Région Occitanie a une volonté forte de protéger ses usagers dans ces établissements scolaires. Depuis 2015, de nombreuses mesures ont été prises dans les lycées et collèges pour moderniser et sécuriser ses établissements.

Au 1er juillet 2022,

  • 87% des lycées sont équipés de clôtures périphériques,
  • 81% des lycées sont équipés d’un système de vidéoprotection des accès principaux et de services,
  • 75% de contrôles d’accès,
  • 85% d’un système de sonorisation PPMS mis à niveau, les autres possédants des systèmes existants qu’il convient de moderniser.

L’objectif final de 100% des lycées équipés était fixé pour fin 2023, moyennant un budget de 64 millions d'euros sur la période 2016-2023.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité