SOLIDARITE. Les Italiens de Toulouse chantent pour les sinistrés des inondations meurtrières d’Emilie-Romagne en Italie, un concert caritatif organisé

En mai 2023 des inondations touchaient l’Emilie-Romagne en Italie, la région de Bologne, tuant 14 personnes et en déplaçant 40 000 autres. Le samedi 30 septembre 2023 à Toulouse, plusieurs artistes réunis sous l’égide de la revue franco-italienne Radici, basée à Toulouse, joueront et chanteront au profit de ces victimes climatiques.

Imaginez 23 rivières en crue simultanément occasionnant près de 300 glissements de terrain. Les images sont encore terribles à regarder. Du 16 au 19 mai dernier, un déluge s’abattait sur l’Emilie-Romagne. Cette région d'Italie, jusqu’à sa capitale Bologne et des joyaux patrimoniaux comme Ravenne, est irréversiblement meurtrie. Le bilan humain est également sans appel : quatorze personnes vont trouver la mort, 40 000 autres vont être déplacées. 9 états européens, dont la France, vont déployer des milliers de secouristes. Mais les cicatrices de cette catastrophe sont loin d’être refermées.

Hommage à la jumelle de Toulouse

 Une centaine de communes ont été ravagées et, comme un symbole, le maire de Bologne viendra en personne assister au spectacle.  « Matteo Lepore sera l’invité d’honneur. Je rappelle au passage que Bologne est la capitale de la région Émilie-Romagne, mais aussi ville jumelée avec Toulouse depuis 1981 » souligne Rocco Femia. Le directeur de la revue Radici n’en est pas à son coup d’essai. Le 19 décembre 2016, il avait déjà organisé un concert à la halle aux grains aux bénéfices des sinistrés du séisme d’Amatrice. 1200 places y avaient été vendues. Il était aussi à la manœuvre d’un colloque sur l’histoire des migrations italiennes qui avait connu un grand succès en février 2015.

Des évènements qui fédèrent

«L’amphithéâtre du conseil régional à Toulouse était alors comble et il avait fallu organiser un direct sur internet suivi par plus de dix mille personnes. Nous avions eu la joie d’y accueillir la Maire de Lampedusa Giusi Nicolini, Giuseppe Tornatore, le metteur en scène de « Cinema Paradiso », ainsi que le réalisateur de « Sacco et Vanzetti » Giuliano Montaldo qui vient tout juste de nous quitter. J’en ai encore les frissons » se rappelle Rocco Femia.

Le 30 septembre prochain, les habitués des productions de Radici, retrouveront les formations et les répertoires qui ont fait leur succès : « Les inoubliables du cinéma italien » de Ennio Morricone à Nino Rota, « Les chants de l’émigration italienne » par Gruppo Incanto ou encore « Si on chantait la paix ». Sans oublier les artistes toulousains phares du répertoire classique italien le mandoliniste Julien Martineau ou encore l’accordéoniste Grégory Daltin.

 Le public toulousain, mais au-delà régional, sait être généreux mais le répertoire doit aussi être à la hauteur. L’évènement sera donc l’occasion de découvrir le riche patrimoine musical de cette région, à l’image de ses enfants, révélés en France : du plus connu Serge Reggiani à Simona Boni et Leandro Lopez-Nussa désormais toulousains. Mais d’autres découvertes vaudront aussi le détour, notamment le compositeur interprète Pipo Pollina. C’est un autre artiste toulousain, Julien Ursule, qui a mis tout ça en musique : « Disons que la plupart des morceaux font partie de différents spectacles produits par la revue RADICI qui organise la soirée. Cela a été relativement facile. D’autant plus que les artistes ont adhéré immédiatement avec bonheur et générosité à cette idée de spectacle. Maintenant c’est au public de répondre avec la même générosité ».

Si nous arrivons à vendre les 500 billets du Théâtre des Mazades, une recette de 15000 euros (et plus car il y a aussi des dons individuels) sera versée au fond de communauté que la Mairie de Bologne a mis à disposition des sinistrés

Rocco Femia

« Toulouse pour l’Italie », samedi 30 septembre, 20h30, au théâtre des Mazades.