Des tonnes de déchets : les images qui fâchent après la fête de la Coupe du Monde à Toulouse

Paysage de désolation sur les marches du quai Saint-Pierre, lundi / © Th. Villéger / France 3
Paysage de désolation sur les marches du quai Saint-Pierre, lundi / © Th. Villéger / France 3

La fête après le titre mondial des Bleus a fait beaucoup d'heureux dans les rues de Toulouse. Il a fait aussi plusieurs victimes : le respect de l'environnement et la propreté. 

Par Fabrice Valery

Tout le monde s'est réjoui durant la Coupe du Monde, de voir certains supporters étrangers, notamment les Japonais ou encore les Sénégalais, nettoyer les tribunes du stade après le match, ramassant, à l'aide de sacs en plastique, les déchets, gobelets ou emballages alimentaires. Quel civisme !

Tout le monde, à Toulouse comme dans toute la France, s'est évidemment réjoui de la victoire des Bleus en Coupe du Monde dimanche. En revanche, les centaines de milliers de personnes qui ont fêté le titre dans les rues de la capitale régionale n'ont pas toujours eu le même civisme que les Japonais.

Lundi matin, au lendemain d'une fête dantesque, le centre ville était... une énorme poubelle. De nombreux citoyens ont dénoncé ces images de tonnes de déchets plastiques ou de verre cassé laissé ainsi par les fêtards dans la nuit toulousaine. Le lendemain, le travail des services de propreté de la ville était quasi-insurmontable.
 

Nous avons nous-mêmes été témoins, dimanche soir, des tentatives pour certains supporters de jeter "proprement" leurs déchets. Mais les poubelles publiques ont été vite remplies, débordant sur le trottoir dans certaines rues.
 

Une partie de la soirée, nous avons vu des employés municipaux, dans les quartiers les plus "mouvementés", remplacer les sacs pleins par des nouvelles poubelles mais en vain... En vain, la foule était tellement dense qu'en quelques minutes les poubelles débordaient à nouveau. 

Mais beaucoup de Toulousains ne se sont pas posés la question de chercher une poubelle ou de regrouper les déchets : dimanche soir, jeter son gobelet ou son paquet de chips sur la chaussée était devenu un réflexe.

Le paysage était donc désolant lundi matin, après une nuit de fête, dans les rues de l'hyper centre toulousain. D'autant que les violents orages qui se sont abattus sur la ville ont parfois poussé les déchets dans la Garonne en crue, notamment place Saint-Pierre. A Toulouse, les services de la propreté rappellent souvent qu'un déchet jeté par terre, c'est un déchet jeté dans la Garonne. On en a eu la démonstration.

Idem sur la Prairie des Filtres où avaient été installés plusieurs écrans géants :

On passera rapidement sur la forte odeur d'urine qui accompagnait le tout, version fin de soirée aux fêtes de Bayonne. Lundi, Toulouse avait des airs de champs de bataille. On est semble-t-il encore loin du civisme à la japonaise. 

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus