Toulouse : 75 ans après la libération d'Auschwitz, une cérémonie au Mémorial de la Shoah "pour ne jamais oublier"

Ce lundi 27 janvier marque le 75ème anniversaire de la libération du camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau. Une cérémonie au Mémorial de la Shoah de Toulouse a rassemblé tous ceux qui refusent que l'extermination des Juifs, par le régime nazi, tombe dans l'oubli.
Pour commémorer les 75 ans de la libération du camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau, une cérémonie s'est tenue ce lundi matin au mémorial de la Shoah de Toulouse.
Pour commémorer les 75 ans de la libération du camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau, une cérémonie s'est tenue ce lundi matin au mémorial de la Shoah de Toulouse. © E.Wat / FTV
On commémore ce lundi 27 janvier le 75ème anniversaire de la libération - par l'armée soviétique - du camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau, situé près de Cracovie en Pologne.
Un évènement qui a marqué le véritable point de départ de la découverte, par le monde entier, de la "solution finale" mise en place par Adolf Hitler et ses troupes - et qui a fait 6 millions de morts. Une cérémonie s'est tenue au Mémorial de la Shoah de Toulouse, comme dans de nombreuses villes de France.
A Paris le Président de la République Emmanuel Macron a inauguré le "mur des noms" rénové, au mémorial de la Shoah situé non loin de l'île Saint-Louis.
Au Grand Rond-Boulingrin à Toulouse, la cérémonie a rassemblé toutes les générations de ceux qui refusent que l'extermination des Juifs, par le régime nazi, tombe dans l'oubli.
Dans le contexte de ces dernières années, le message qui reste essentiel est bien celui de transmettre cette mémoire aux générations futures.

Tuer 6 millions d'être humains c'est ça qui est inhumain

ainsi s'exprime l'une des jeunes participantes à la cérémonie.
Des collégiens de 3ème ont étudié la Shoah en classe de Français et d'Histoire : ils ont lu des textes d'écrivains qui ont connu la déportation, comme Elie Wiesel, Primo Levi, ou qui n'en sont pas revenus, comme Ann Franck.
Le mémorial de la Shoah à Toulouse a été érigé sur les allées Frédéric Mistral, juste à côté du Grand Rond-Boulingrin.
Le mémorial de la Shoah à Toulouse a été érigé sur les allées Frédéric Mistral, juste à côté du Grand Rond-Boulingrin. © E. Wat/FTV
Un récent sondage montre que la connaissance de cette page funeste de l'Histoire de l'humanité est aujourd'hui peu ou mal connue dans une importante part de la population française. Un fait à rapprocher du sentiment d'insécurité qui ne cesse de monter.

L'antisémitisme en hausse

En effet dans l'Hexagone, la communauté juive s'inquiète d'une recrudescence des faits antisémites : en 2019 le ministère de l'intérieur a recensé une hausse générale de ces faits de 27% comparativement à 2018, une augmentation exclusivement composée par la progression de 50% des  menaces antisémites.
A l'inverse les actes proprement dits ont, dans le même temps baissé, de 15% par rapport à l'année précédente.
Ces drapeaux français rappellent que la journée de commémoration des victimes de la Shoah revêt une dimension nationale.
Ces drapeaux français rappellent que la journée de commémoration des victimes de la Shoah revêt une dimension nationale. © E.Wat / FTV
Dans une ville marquée par la tragédie de l'école Ozar Hatorah le 19 mars 2012, et les crimes de Mohammed Mérah, l'antisémitisme demeure très présent dans les préoccupations de la population toulousaine.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
shoah société souvenir histoire